Le Portugal crucifie le Danemark sur le fil.

le
0
Le Portugal crucifie le Danemark sur le fil.
Le Portugal crucifie le Danemark sur le fil.

Un match équilibré mais un peu lent et sans frisson. Sauf qu'à la fin, il y a eu Cristiano Ronaldo. Encore et toujours.

  • Danemark/Portugal : 0-1 But : C. Ronaldo (90+5')

    Des trombes d'eau, mais des supporters torses nus. Tout un stade qui chante a cappella l'hymne le plus cool au monde et un sélectionneur, Morten Olsen, en place depuis 14 ans, mais qui semble revivre l'émotion de la première fois à chaque nouvelle joute. Avant même d'entamer la rencontre, le Danemark avait voulu confirmer cette image de joyeux drille du foot contemporain. De cette équipe sexy et sympa, mais qui finit toujours par se faire entuber à la fin. Il y a un an, le Danemark finissait moins bon deuxième des éliminatoires au Mondial et voyait les barrages lui filer sous le nez. Ce soir, les Danois ont revécu une soirée glaciale. La faute à Cristiano Ronaldo et à son coup de tête monstrueux intervenu dans les arrêts de jeu, la faute aussi à un cruel manque de réalisme en seconde mi-temps. Une occasion comme une autre de confirmer une réputation de loser sympathique qui n'est définitivement plus à prouver.
    Schmeichel, le faux-fils
    À la lecture de la composition des équipes et du classement de ce groupe I avant ce mardi soir, on se disait que cette équipe danoise arc-boutée autour de ce génie qu'est Christian Eriksen, avait de quoi pavoisé. Certes, la charnière centrale composée de Simone Kjaer et Daniel Agger appartiendra sans doute pour l'éternité à la trop longue liste de ces binômes surcotés - et cela c'est encore vu - mais l'on ne pouvait pas s'enlever de la tête les récurrents manquements portugais propres à chaque début d'éliminatoires. Pourtant, pour la première de Fernando Santos en match officiel, le plus grand backpackers du foot portugais avait manifestement su trouver les mots pour mobiliser ses troupes. C'est donc à un festival offensif des Lusitaniens que les festifs supporters danois ont assisté pendant 35 minutes. Le temps pour Ronaldo de permettre à Nani de rappeler à tout le monde qu'il est avant tout le plus grand gaspilleur du foot portugais, le temps aussi pour Kasper Schmeichel de confirmer au peuple danois la demande d'un test ADN. Kasper ne sera jamais Peter, et cela se voit. Son jeu au pied catastrophique n'a jamais aidé les Danois à sortir la tête de l'eau. Il faudra donc attendre un éclair venu du pied droit d'Eriksen pour voir le Parker Stadium s'enivrer. La frappe de l'Amstellodamois avait beau échouer sur le montant de...



  • ...

    Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant