Le Portugal couche la Croatie

le
0
Le Portugal couche la Croatie
Le Portugal couche la Croatie

Dans un match pénible et fermé, le Portugal a sorti la Croatie au bout des prolongations grâce à un but de Quaresma. Une fin triste et cruelle pour la plus belle équipe de la phase de poules. Et un boulevard pour des Lusitaniens qui ne font pas rêver.

Croatie 0-1 Portugal

But : Quaresma (117e) pour le Portugal

Les spectateurs de Bollaert ont dû se demander si ils n'auraient pas été mieux au Parc des Princes à 18h histoire de savourer Pays de Galles-Irlande du nord. Car la prétendue belle affiche de ces premiers huitièmes de finale a été une purge. Aucun tir cadré en 105 minutes, quasiment aucune situation offensive... Et le pire dans tout cela, c'est qu'on a eu le droit à trente minutes de rab du même acabit. Alors, quand le but de Quaresma est arrivé en fin de match et que tout s'est emballé, on ne savait plus s'il fallait être triste de voir la plus belle équipe du premier tour tomber, s'il fallait être heureux de voir encore les Portugais en quarts de finale (pour la sixième fois d'affilée lors d'un Euro), ou s'il fallait juste se réjouir d'en finir avec ce non-spectacle.

Animations inoffensives


On ne va pas se mentir, cette première période de la grosse affiche de la journée est d'un ennui mortel. Non pas que les joueurs sur le terrain soient des bouchers et des pieds carrés, bien au contraire. D'entrée, la Croatie met le pied sur le ballon. Six minutes plus exactement, avant que les Portugais n'aient leur première phase de possession. Mais si Luka Modric et ses potes développent un jeu technique, au sol, court que l'on pourrait qualifier par moment de soyeux, on a peu d'occasions à nous mettre sous la dent. Car les velléités offensives des deux camps sont aussi prononcées que l'appétit d'un végétarien devant une côte de bœuf.

En clair, RAS si ce n'est une tête de Pepe au-dessus de la barre sur un coup-franc de Raphael Guerreiro (25'), non signalé hors-jeu, puis une frappe de Perisic dans le petit-filet extérieur de Rui Patricio après une perte de balle idiote de Nani devant Modric (30'). Nani qui offre finalement un petit frisson aux supporters lusitaniens en pénétrant la surface avant d'être repris in-extremis par Darijo Srna (43'). La vraie vendange de ce premier acte est signée Ivan Strinic. Décalé côté gauche par une passe lumineuse de Perisic en première intention qui démembre toute la défense portugaise, le latéral de Naples envoie son centre sur José Fonte plutôt que Mario Mandzukic (41'). Alors…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant