Le Portugal au régime sec

le
0
Le plan de sauvetage prévoit un plan d'austérité drastique, avec des privatisations massives en échange de l'aide de l'UE et du FMI. Tous les partis portugais devront le valider mi-mai, avant les élections.

Les Portugais éliront une nouvelle majorité le 5 juin, mais ils n'auront pas le choix du programme: de droite ou de gauche, le vainqueur devra imposer l'austérité jusqu'en 2014 au moins. Trois semaines plus tôt, chaque grand parti s'y sera engagé individuellement, auprès de l'UE et du FMI.

Cette perte de contrôle politique est le prix à payer pour un plan de secours d'environ 80 milliards d'euros décidé vendredi dans ses grandes lignes par la zone euro, les 27 pays de l'UE et la Banque centrale européenne. D'une durée probable de trois ans, il vise à mettre l'État portugais au régime sec, à lancer un «ambitieux programme» de privatisations pour réduire la dette publique et, enfin, à assouplir le marché du travail. Il prévoit par ailleurs une enveloppe spéciale de soutien aux banques portugaises, dont le montant reste à fixer.

Purge sans précédent

Le ministre des Finances Fernando Teixeira dos Santos, pris à la gorge par les marchés, n'a pas eu d'autre ch

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant