Le portrait de l'investisseur en immobilier locatif en 2016

le
1

Une étude du Crédit Foncier dresse le portrait de l'investisseur en immobilier locatif en 2016. Elle s'appuie sur une enquête réalisée sur près de 6 000 personnes. Dans un contexte où l'immobilier connaît une forte augmentation du nombre de transactions, la part de l'investissement locatif est également orientée à la hausse. Après avoir atteint 13,1% en 2014, elle devrait représenter cette année 15,4 % des logements construits, encore en-deça des 17,6% en 2011.

Le profil de l'investisseur. Les investisseurs locatifs sont âgés en moyenne de 45 ans. Leur revenu annuel médian est en hausse de 9 % par rapport à 2010. Il atteint 69 300 euros. Près des deux tiers des investisseurs locatifs ont un revenu mensuel supérieur à 3 500 euros. La défiscalisation demeure la première motivation citée par 50 % des ménages principalement dans le neuf, viennent ensuite la constitution d'un patrimoine et la préparation de la retraite. 54 % des investisseurs dans le neuf projettent de revendre, plus tard, le bien acheté contre 30 % seulement dans l'ancien. La part des investisseurs "très ou assez satisfaits" ne cesse d'augmenter : 66 % en 2013, 74 % en 2014, 77 % en 2015 et 82 % en 2016.

Le type de bien. Les investisseurs font le choix d'acquérir un appartement dans 92 % des cas, les maisons individuelles ne représentant que 8 % des opérations. Les petites surfaces sont fortement plébiscitées, plus de la moitié des investisseurs optant pour un 2 pièces ou un studio. La surface du bien est en moyenne de 45 m2. Le montant médian d'acquisition s'élève à 164 000 euros (209 000 euros en Ile-de-France et 165 000 euros en Pays-de-Loire par exemple) alors qu'il était de 151 000 euros en 2010. Le financement à crédit représente 98 % de la valeur du bien (contre 94 % en 2010) pour une durée du prêt de 19 ans et 10 mois.

Le choix géographique. Le type de bien a une incidence sur le choix géographique du bien. Pour une acquisition dans le neuf, dans 62 % des situations, le logement sera éloigné du domicile de l'investisseur. En revanche, lors d'un investissement dans l'ancien, il se situera dans 67 % des cas à proximité de la résidence principale du futur bailleur. Plus généralement, pour l'emplacement du bien, 5 régions sur 13 sont privilégiées par les investisseurs et représentent 79 % des transactions en 2015 (contre 73 % en 2010) : Occitanie (26 %), Île-de-France (19 %), Auvergne-Rhône-Alpes (12 %), Nouvelle Aquitaine (11 %) et Provence-Alpes-Côte d'Azur (11 %). Les investisseurs choisissent majoritairement d'acheter dans une grande ville dans le neuf comme dans l'ancien. Leur choix dans l'ancien se porte moins sur les résidences de bord de mer, en recul, passant ainsi de 16 % en 2014 à 10 % en 2015 et 2016.

Etude du Crédit Foncier : Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l'investissement locatif en 2016 ? - septembre 2016

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ericlyon il y a 2 mois

    Le portrait de quelqu'un qui a de l'argent à perdre. Ca tombe bien parce qu'il ne faut surtout pas compter sur l'immobilier locatif pour gagner de l'argent dans le contexte actuel.