Le portefeuille de l'État actionnaire malmené

le
0
Le résultat net des 58 entreprises publiques dans lesquelles l'État est présent s'est établi à 5,8 milliards en 2011. Un chiffre en nette baisse (de 26,4%) par rapport à celui constaté en 2010, qui était de 7,9 milliards.

Naviguer entre des marchés tourmentés, une situation industrielle plus que compliquée et le besoin de «respecter ses intérêts patrimoniaux»... L'État actionnaire fait, cette année encore, l'expérience d'un contexte difficile. Désormais sous la houlette de David Azéma, l'Agence des participations de l'État (APE) dresse dans son rapport annuel, que Le Figaros'est procuré, un panorama peu réjouissant.

Côté chiffres, le résultat net des 58 entreprises publiques (656,1 milliards d'euros de total de bilan combiné) dans lesquelles l'État est présent s'est établi à 5,8 milliards en 2011. Un chiffre en nette baisse (de 26,4%) par rapport à celui constaté en 2010, qui était de 7,9 milliards.

Les dividendes reçus par l'État en 2011, pour l'essentiel au titre de l'exercice 2010, se situent à «un niveau comparable» à celui enregistré l'année précédente (4,4 milliards). Ce montant «restera stable en 2012», à 4,5 milliards.

Malmené par les marchés boursiers,

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant