Le port, seul lien avec le monde extérieur

le
0
Les seuls navires à s'aventurer dans le port de Misrata sont les ferrys affrétés par les organisations humanitaires. D'autres navires, venus de Benghazi, apportent des munitions aux rebelles.

Le dernier lien de Misrata avec le monde extérieur passe par la mer. Les routes de Tripoli et de Benghazi étant tenues par les troupes de Kadhafi, la ville assiégée n'est plus ravitaillée que par bateaux. À quinze kilomètres de la ville, le port de Misrata était le plus important des ports libyens. Les immenses quais encombrés de conteneurs sont à présent déserts. Les grues géantes sont à l'arrêt, et seul un méthanier géorgien est amarré à un quai.

Régulièrement, les roquettes Grad tirées à près de 20 kilomètres de distance par les forces de Kadhafi s'abattent sur les installations portuaires et le quartier voisin de Gasr Ahmed, où se sont réfugiés la plupart des habitants du centre de Misrata. Les seuls navires à s'aventurer dans le port sont les ferrys affrétés par les organisations humanitaires, qui ravitaillent Misrata en vivres et matériel médical. D'autres navires, venus de Benghazi, apportent aussi des munitions aux rebelles.

Des dizaines de bl...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant