Le pôle sièges pèse sur les résultats de Zodiac

le
2
LE PÔLE SIÈGES PÈSE SUR L'ACTIVITÉ DE ZODIAC AEROSPACE
LE PÔLE SIÈGES PÈSE SUR L'ACTIVITÉ DE ZODIAC AEROSPACE

PARIS (Reuters) - Zodiac Aerospace doute de ses capacités à atteindre son objectif de résultat opérationnel courant (ROC) annuel en raison des coûts liés à la résorption des retards de livraisons dans son activité de sièges.

L'équipementier aéronautique, qui visait auparavant pour l'exercice 2014-2015 un résultat opérationnel courant à un niveau similaire à celui de 549,9 millions d'euros de l'exercice précédent, précise dans un communiqué émis jeudi que cet objectif ne sera "probablement" pas atteint.

Le groupe a nommé un nouveau responsable de branche Zodiac Seats, Jean-Michel Billig, succédant à Maurice Pinault, qui avait assuré l'intérim pendant cinq mois.

Zodiac avait lancé en mars un avertissement sur son bénéfice opérationnel semestriel en raison des coûts supplémentaires engagés pour endiguer des retards de production de sièges destinés à Airbus et à Boeing.

Le président du directoire, Olivier Zarrouati, dit avoir encore réduit le nombre de sièges en retard à 1.700 à ce jour, après l'avoir ramené à 2.200 en avril contre 6.000 en mars.

Le groupe, qui a maintenu un rythme de production accru à environ 700 sièges par jour, s'est en particulier attelé à réduire le retard sur les sièges des classes affaires au cours des dernières semaines, a-t-il souligné.

"Le fait qu'on ait résorbé pas mal de retards dans les sièges les plus difficiles nous donne confiance dans notre capacité à résorber notre retard", a déclaré Olivier Zarrouati. "Nous livrons nos sièges dès que nous pouvons. Quand il faut les transporter en fret aérien on le fait".

Un journaliste de Reuters qui a pu visiter une usine de Zodiac à Santa Maria, en Californie, a constaté la persistance des difficultés rencontrées par la société.

Car si la production de cette usine a plus que doublé au cours des dernières années, contraignant les ouvriers à effectuer des heures supplémentaires et à travailler le week-end, elle n'arrive toujours pas à tenir le rythme des commandes des sièges de première classe et classe affaires.

Selon les ouvriers et d'autres sources au fait de la situation, les chaînes d'assemblage doivent régulièrement s'arrêter, parfois pendant plusieurs heures, le temps de recevoir des éléments manquants.

"La principale cause des retards est l'absence de certaines pièces", a répondu Zodiac à une question de Reuters. "L'un des objectifs du plan Focus que nous avons mis en place est d'éviter ce genre de problème."

Zodiac, dont le chiffre d'affaires a progressé de 19,2% sur les neuf premiers mois de l'exercice à 3,628 milliards d'euros, confirme en revanche viser une hausse de ses ventes en 2014-2015.

Le groupe a annoncé le 1er juin l'entrée à son capital du Fonds stratégique de participations (FSP), géré par le groupe Edmond de Rothschild qui prévoit d'investir 350 millions d'euros et de participer à sa gouvernance en tant qu'investisseur à long terme.

(Cyril Altmeyer, avec Alwyn Scott à Santa Maria, édité par Matthieu Protard et Tangi Salaün)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lorant21 le vendredi 12 juin 2015 à 08:49

    manque un "s"

  • lorant21 le vendredi 12 juin 2015 à 08:48

    les problèmes des riches ne semblent pas plus simple que les problèmes de pauvres!