Le pôle local asset management mobilise 80 spécialistes de l'investissement chez Franklin Templeton

le
0
(NEWSManagers.com) - Avec 30 milliards de dollars d'encours et une équipe de 80 professionnels de l'investissement (gérants de portefeuille et analystes), le pôle local asset management de Franklin Templeton dont Stephen H. Dover est le CIO international regroupe des produits gérés et distribués localement par des filiales ou des coentreprises en Corée du Sud, au Brésil, en Chine, en Inde, au Vietnam, en Malaisie et dans les Emirats arabes unis (Dubaï), sans oublier le Canada et le Japon.

Le manager a aussi indiqué lors d'un séminaire à Istanbul, qu'il étudie d'éventuelles implantations par exemple en Europe orientale, au Mexique, en Australie et en Turquie, mais toujours selon le même schéma, avec des équipes de gestion locales autonomes, alors que les concurrents ont tendance à privilégier leurs fonds internationaux.

Cela posé, les meilleures idées de cet ensemble de gérants " growth" sont reprise dans une stratégie mondiale qui pèse environ 100 millions de dollars, dont un compartiment luxembourgeois (Franklin World Perspectives Fund) de 52,2 millions de dollars (fin avril) géré justement par Stephen Dover.

Néanmoins, les fonds de marchés dits " frontières" sont pour leur part du ressort du groupe marchés émergents (55 milliards de dollars) que dirige Mark Mobius. Et Carlos von Hardenberg, responsable pays pour la Turquie, est plus particulièrement chargé du compartiment Templeton Frontier Markets Fund, qui pesait fin avril environ 1,16 milliard de dollars.
Il s'agit d'un produit de sélection de valeurs avec 5 gérants assistés d'une quarantaine d'analystes qui ont constitué un portefeuille de 115 titres actuellement, avec un ratio cours/bénéfice de seulement 8,7 contre 16 pour l'indice MSCI Frontier Markets.
L'équipe a pour principe de ne pas se fonder sur la recherche extérieure, notamment locale, parce qu'elle n'est clairement pas fiable. Les favoris sont actuellement le Kazakhstan, l'Ukraine et le Nigeria, voire le Kenya, alors que les titres égyptiens ont été revendus, vu les circonstances.
Plusieurs pays sont consciencieusement évités. Il s'agit notamment du Venezuela, pour d'évidentes raisons d'instabilité, de la Mongolie, à cause des pratiques comptables incertaines, du Bangladesh, dont la réglementation ne satisfait pas aux exigences de Franklin Templeton (notamment avec l'obligation d'avoir des commissaires aux comptes locaux), du Koweit, un marché très spéculatif, ainsi que de l'Angola et de la Libye, qui n'ont pas de Bourse.
En tout état de cause, Carlos von Hardenberg, les souscripteurs devraient avoir un horizon de placement d'au moins cinq ans. Et le gestionnaire veillera à ce que les encours n'augmentent pas trop fortement et trop rapidement.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant