Le poker, le plus addictif des jeux en ligne

le
0
Le poker, le plus addictif des jeux en ligne
Le poker, le plus addictif des jeux en ligne

Les joueurs de poker en ligne ont des pratiques de jeu plus "à risque" - en termes de fréquence de jeu ou de dépenses - que les autres joueurs en ligne, selon la première étude spécifique réalisée en France sur les joueurs de poker.Cette étude de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) et de l'Observatoire des jeux (ODJ), est publiée mercredi sur le site de l'ODJ (http://www.economie.gouv.fr/observatoire-des-jeux).Elle constitue, précise-t-on à l'ODJ, une "analyse secondaire" de l'étude, livrée en juin 2013, qui portait sur l'ensemble des joueurs misant sur les jeux d'argent et de hasard en ligne (loteries, paris sportifs et hippiques, poker).Selon l'étude OFDT/ODJ, les joueurs de poker sont plus assidus (20,9 %) de manière quasi quotidienne contre 10,9 % pour les autres joueurs en ligne (jeux de tirage et de grattage, paris sportifs et hippiques). Ils dépensent davantage : 778 euros par an en moyenne contre 627 euros pour les autres joueurs en ligne.Si l'on considère les neuf critères du "jeu problématique", les joueurs de poker sont au dessus des autres joueurs. Ainsi 42,7 % des joueurs de poker rejouent pour "se refaire" (26,8 % pour les autres joueurs) et 17,4 % des joueurs de poker misent plus d'argent que prévu (14,7 %).Par ailleurs, cette étude dresse le portrait-robot du joueur de poker en ligne, un homme jeune, célibataire et plutôt diplômé. 66,4 % des joueurs de poker en ligne sont des hommes (56,4 % pour les autres joueurs)."Vivant majoritairement dans un environnement urbain", relève l'étude OFDT/ODJ, ils sont un peu plus nombreux (58,5 %) que les autres joueurs (52,5 %) à afficher un niveau d'éducation élevé (diplôme supérieur au bac). Plus de quatre joueurs de poker sur dix vivent seuls contre un tiers pour les autres joueurs.Les joueurs de poker sont en outre beaucoup plus "nomades", puisque 23,8 % utilisent des tablettes ou des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant