** LE POINT SUR LES MARCHÉS à la mi-séance en Europe **

le
1
    * Les valeurs à suivre à la Bourse de Paris  WATCH/LFR  
    * Les valeurs à suivre à Wall Street :  ID:nL6N0U02CE  
 
    PARIS/LONDRES, 16 décembre (Reuters) - Les Bourses européennes évoluent dans 
le désordre mardi à mi-séance, à l'issue d'une matinée volatile, marquée par la 
nouvelle chute du baril de pétrole sous les 59 dollars, l'incapacité de la 
banque centrale russe à stabiliser le rouble et quelques indicateurs d'activité 
décevants en Chine et en Europe.  
    L'attente du résultat, mercredi, de la réunion du comité de politique 
monétaire de la Réserve fédérale américaine contribue à la nervosité du marché.  
         
    À Paris, l'indice CAC 40  .FCHI , qui est passé dès le début de séance sous 
la barre des 4.000 points pour la première fois depuis le 21 octobre, recule de 
0,83% à 3.972,12 points vers 12h15 GMT. À Francfort, le Dax  .GDAXI  cède 0,32%, 
la baisse étant limitée par une hausse plus marquée que prévue de l'indice Zew 
du climat des affaires  ID:nL6N0TW0ZE  et à Londres, le FTSE  .FTSE  gagne 0,31% 
après un résultat favorable des tests de résistance des banques  ID:nL6N0U01X4 . 
    L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300  .FTEU3  cède 0,98% et l'EuroStoxx 50 
de la zone euro  .STOXX50E  0,63%, dans des marchés notamment tirés vers le bas 
par les secteurs bancaires  .SX7P  (-1,6%) et de l'énergie  .SXEP  (-1,4%). 
    "Le fait que le relèvement des taux en Russie n'ait pas réussi à interrompre 
la baisse du rouble inquiète les investisseurs et ravive les craintes d'une 
crise systémique", dit Alexandre Baradez, analyste chez IG.  
    "S'y ajoutent la chute inexorable de pétrole et des PMI moroses en Europe. 
Il n'y a simplement pas de catalyseur positif pour le marché à court terme même 
si la situation à moyen terme ne semble pas si mauvaise. Il arrivera un moment 
où la baisse des cours du brut soutiendra la croissance et les résultats." 
    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture hésitante à Wall 
Street, avec des variations allant de +0,13% à -0,51%.     
    La matinée a été scandée par les enquêtes préliminaires de Markit après des 
directeurs d'achats en Europe, à commencer par la France où l'activité a 
continué de se contracter, mais à un rythme beaucoup plus lent que les mois 
précédents. En Allemagne, la croissance du secteur privé est tombée en décembre 
à son rythme le plus faible en 18 mois.  ID:nL6N0U012K   
    En Chine, l'activité manufacturière s'est contractée en décembre pour la 
première fois depuis sept mois.  ID:nL6N0TW14T   
    Les valeurs européennes exposées au rouble comme la banque autrichienne 
Raiffeisen Bank  RBIV.VI  (-4,09%), le distributeur allemand Metro  MEOG.DE  
(-2,9%) et le brasseur danois Carlsberg  CARLb.CO  (-3,8%) figurent parmi les 
plus nets reculs du jour.  ID:nL6N0U0231  
    La devise russe a rechuté de 15% face au dollar après s'être brièvement 
redressée en début de journée à la suite du relèvement par la banque centrale de 
son taux directeur de 650 points de base, deuxième tour de vis monétaire en 
moins d'une semaine.  ID:nL6N0U02FL        
    Sur le marché obligataire, le rendement du Bund allemand a touché un plus 
bas record, passant sous le niveau de 0,6%, les investisseurs se ruant sur des 
valeurs jugées sûres en raison des inquiétudes liées à la Russie. 
    Sur le front du pétrole, le Brent perd 3,73% à 58,78 dollars le baril et le 
brut léger américain 3,5% à 53,97 dollars.    
     
    * Tableau des principaux marchés mondiaux :  ID:nL6N0U02KI  
 
 (Avec Patrick Graham et Blaise Robinsson, Juliette Rouillon pour le service 
français, édité par Benoît Van Overstraeten) 
  
  

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • s.thual le mardi 16 déc 2014 à 13:55

    au fond tout le monde parle mais personne ne sait rien !a chaque fois une raison pertinente pour expliquer tout et son contraire ! le baril pénalisait sa baisse devait favoriser les economies mondiales et finalement personne ne sait ce qui est bien et bon , pourtant ils sont tous experts chers payés ecoutes pour des conférences hors de prix meme cité comme exemples,,,et resultat ,,,nul de chez nul