** LE POINT SUR LES MARCHÉS à la clôture en Europe **

le
0

6 juin (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse vendredi, accentuant comme à Wall Street leurs gains de la veille, la publication aux Etats-Unis d'un rapport sur l'emploi jugé rassurant ayant conforté l'optimisme des investisseurs après les baisses de taux et les mesures de relance du crédit annoncées jeudi par la BCE.

Le nombre de créations de postes dans la première économie mondiale est resté soutenu le mois dernier - à 217.000 - permettant au marché du travail de retrouver son niveau d'avant la récession et confirmant le retour à un rythme de croissance normal après le passage à vide de l'hiver. (voir ID:nL6N0ON3M6 )

À Paris, l'indice CAC 40 .FCHI a terminé en hausse de 0,71% à 4.581,12 points. Le Footsie britannique .FTSE a pris 0,66% et le Dax allemand .GDAXI 0,4%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 .STOXX50E a progressé de 0,83% et le FTSEurofirst 300 .FTEU3 de 0,6%.

Sur la semaine, le CAC 40 a pris 1,36% et l'EuroStoxx 50 1,46%.

Les marchés du sud de la zone euro ont surperformé, avec un gain de 1,54% de Milan .FTMIB et de 1,73% de Madrid, tirés par les valeurs bancaires qui devraient bénéficier des mesures de la BCE selon les investisseurs.

A la clôture en Europe, les grands indices américains progressaient de 0,4% à 0,5%, soutenus par les valeurs cycliques après les chiffres de l'emploi.

Les indices sectoriels financiers .SXFP (+1,77%) et bancaires .SX7P (+1,73%) ont mené la hausse, tirés par des banques comme Banco Santander

SAN.MC (+2,84%) et Intesa SanPaolo ISP.MI (+4,06%).

Les intervenants du marché saluent les mesures de soutien à la croissance et de prévention contre le risque de déflation de la BCE, tout en émettant quelques doutes sur leur efficacité, du moins à court terme. ID:nL6N0OM49T

"L'annonce de la BCE change la donne", souligne Christophe Donay, responsable de la stratégie chez Pictet. "Néanmoins il faudra compter entre six et neuf mois pour voir un impact sur l'économie réelle."

"Les mesures sont positives mais comme le dit le proverbe, 'on ne saurait faire boire un âne qui n'a pas soif', renchérit Tim Stevenson, gérant chez Henderson Global Investors. "Il faudra voir si ces mesures de stimulation (...) permettront d'encourager les prêts et de soutenir la reprise en zone euro."

Sur le marché des changes, l'euro a regagné du terrain pour atteindre un pic de deux semaines face au dollar, autour de 1,3677 EUR= , après être passé de 1,39 à moins de 1,36 en un mois, après les déclarations du président de la BCE assurant que la banque centrale était prête à agir pour relancer l'inflation.

Les rendements des obligations souveraines se sont détendus, la dette des pays de la "périphérie" de la zone euro ayant touché des points bas.

Le brut léger américain progresse après l'emploi, qui va dans le sens d'une augmentation de la demande de pétrole aux Etats-Unis, tandis que le baril de Brent recule légèrement face aux signes de détente entre la Russie et l'Ukraine.

Vladimir Poutine et son homologue ukrainien Petro Porochenko ont lancé un appel à la cessation rapide des hostilités et des activités militaires dans l'est de l'Ukraine, selon l'agence de presse Ria Novosti. ID:nL6N0ON3GT

* Tableau des principaux marchés mondiaux : ID:nL6N0ON4FE

(Avec Blaise Robinson et Alexandre Boksenbaum-Granier à Paris, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Angrand)

 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant