Le Point politique : UMP et conférence sociale au menu

le
2
Point politique de la semaine : la conférence sociale sur fond de scandale UMP.
Point politique de la semaine : la conférence sociale sur fond de scandale UMP.

La conférence sociale, réunissant le gouvernement et les représentants d'organisations syndicales, patronales et des collectivités territoriales, s'est tenue les 7 et 8 juillet. Dès mardi, la CGT, le FO, Solidaires et la FSU ont décidé de boycotter l'événement. Le Medef a menacé de faire de même. Malgré cette absence, Laurent Berger - numéro un de la CGT - a relevé un "tas d'avancées qui montrent qu'il fallait être autour de la table".Le Premier ministre Manuel Valls a ponctué son discours de clôture ainsi : "La conférence est un accélérateur du dialogue social, elle est utile." Idée également défendue par François Rebsamen, ministre du Travail, de l'Emploi et du Dialogue social. C'est aussi mardi qu'une bombe a explosé à l'UMP. Le parti est en ébullition après la publication de l'audit révélant les comptes désastreux du groupe et les scandales qui en résultent. Une dette abyssale de 74,5 millions d'euros, Mme Nadia Copé déclarée en tant "qu'assistante" de son mari, des factures de députés réglées à hauteur de 10 000 euros... Mediapart a également indiqué le salaire de l'ancien directeur général Éric Cesari : 12 500 euros brut. En interne, les poignards sont lancés et les tensions ranimées. Le "grand déballage" pose la question du futur du parti : "mort" pour certains, "à nettoyer" pour d'autres. Autant d'images à retrouver dans le Point politique de la semaine !

Source Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le vendredi 11 juil 2014 à 16:39

    JPi - Realise-t-on que l'Ultra Mauvais Parti sera le premier parti de polis tiques à expérimenter 'la rigueur' ? Dans deux ou trois ans ne pourrions nous pas profiter de leur très future expérience ?

  • M4189758 le vendredi 11 juil 2014 à 16:37

    JPi - Ils ont utilisé leur parti (80 millions de dette) comme ils ont géré la France (600 milliards de dette en plus en 5 ans), alors s'ils s'imaginent aujourd'hui d'avoir des fuites qu'ils se mettent des couches.