Le Point politique : Manif pour tous, sexisme et humour

le
0
Claude Bartolone calme les députés de l'Assemblée nationale.
Claude Bartolone calme les députés de l'Assemblée nationale.

Encore une semaine politique chargée en polémiques dans l'Hexagone. D'abord, Manuel Valls, de passage à Londres, a suscité de vives remarques en déclarant lors de son discours à la City of London "My government is pro-business", c'est-à-dire "mon gouvernement est pour l'entreprise". Une nouvelle déclaration d'amour du Premier ministre pour l'entreprise, qui fait grincer des dents dans sa famille politique. À droite, Nicolas Sarkozy, parti en campagne pour la présidence de l'UMP dans toute la France, a décidé de mettre en place un nouveau type d'échanges avec son auditoire : les questions-réponses. Et pour répondre aux questions gênantes sur les affaires, l'ancien président a choisi l'humour : il affirme, railleur, ne pas s'inquiéter pour le pays s'il "est le plus grand délinquant de France". À l'Assemblée nationale, les députés ont décidé de s'attaquer au sexisme. D'abord, le député UMP Julien Aubert a été sanctionné par Claude Bartolone pour l'utilisation abusive du terme, erroné, "Madame le président". Puis la députée EELV Barbara Pompili, que personne n'écoutait lors de son intervention, a décidé de rappeler que "c'est toujours difficile d'écouter lorsque c'est une femme qui s'exprime". Dimanche dernier, les membres de la Manif pour tous se sont vivement exprimés contre la procréation médicalement assistée et la gestation pour autrui pour les couples de même sexe, ainsi que sur la loi Taubira, qui a autorisé leur...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant