Le Point politique de la semaine : violences à Nantes, boycott à l'Assemblée et "affaire Copé"

le
0
Le Point politique de la semaine : violences à Nantes, boycott à l'Assemblée et "affaire Copé"
Le Point politique de la semaine : violences à Nantes, boycott à l'Assemblée et "affaire Copé"

Samedi dernier, 20 000 opposants au projet de construction d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes ont manifesté. Plusieurs cadres et dirigeants d'EELV ont pris part au cortège. Dans le même temps, la ministre Cécile Duflot a déclaré dans Le Monde qu'elle soutenait les manifestants. Une position connue, mais qui dérange au sein du gouvernement et dans les rangs de l'opposition. Le projet de construction est le cheval de bataille de Jean-Marc Ayrault depuis plusieurs années. L'UMP, emmenée par Jean-François Copé, a rapidement demandé la démission de Cécile Duflot, le secrétaire général de l'UMP ayant précisé que pour lui "il n'y a qu'une seule solution, c'est que les Verts sortent du gouvernement". La manifestation est revenue sur le devant de la scène mardi lors des questions au gouvernement. Interrogé par l'UMP sur les violences survenues en marge de la manifestation et sur un supposé laxisme du gouvernement envers les extrémistes de gauche, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a pris à partie le député parisien Claude Goasguen en déclarant : "M. Goasguen, vous en venez, vous, de l'extrême droite, vous savez ce qu'il en est." Les députés UMP ont immédiatement réagi en quittant presque tous l'hémicycle. Le lendemain, la totalité d'entre eux boycottaient la séance de questions au gouvernement. Une situation que le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, a déplorée au nom de l'image qu'elle renvoyait de la classe...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant