Le poignant témoignage de trois ex-miliciennes de Daech

le
0
Trois jeunes syriennes racontent au New York Times leur embrigadement dans la milice des moeurs de Daech, puis leur fuite en Turquie.
Trois jeunes syriennes racontent au New York Times leur embrigadement dans la milice des moeurs de Daech, puis leur fuite en Turquie.

Dua travaille depuis deux mois pour la brigade Al-Khansaa, la milice féminine de Daech, lorsqu'elle voit arriver une mère et sa fille, deux voisines qu'elle connaît depuis l'enfance. Les deux femmes ont été interpellées et condamnées au fouet pour avoir osé porter des abayas trop moulantes. Lorsque la mère reconnaît Dua, elle la supplie d'intervenir. En vain. Elles recevront 20 coups de fouet pour l'abaya impudique, cinq pour le maquillage qu'elles dissimulent sous leur niqab et cinq pour avoir osé résister lors de l'arrestation.

En tant que femme, jeune et fraîchement ralliée à la cause, Dua l'affirme aujourd'hui, elle n'aurait de toute façon rien pu faire pour leur épargner le châtiment. Dua, 20 ans, sa cousine Aws, 25 ans, et Asma*, 22 ans, faisaient toutes les trois partie d'Al-Khansaa, la brigade féminine et police des m?urs de Daech, censée contrôler le respect de la charia auprès des habitantes de la ville. Les trois jeunes femmes en fuite sont aujourd'hui réfugiées dans le sud de la Turquie, où elles ont accepté de rencontrer à plusieurs reprises Azadeh Moaveni, correspondante du New York Times

, et de témoigner de l'enfer auquel elles ont survécu.

La vie d'avant

Leur profil ? Trois jeunes femmes « classiques » de Raqqa, confient-elles à la journaliste. Comme beaucoup de Syriennes de la classe moyenne, elles faisaient des études, dévoraient la littérature anglo-saxonne, sortaient...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant