Le PMU mise sur le poker en ligne et l'international

le
0
Le groupe a enregsitré l'an dernier un bénéfice de 865 millions d'euros pour plus de 10 milliards de chiffres d'affaires, mais les paris hippiques s'errodent.

Le PMU n'a pas perdu de temps. Alors que la Grèce vient de lancer la privatisation de son opérateur de courses hippiques, Odie (80 millions de mises annuelles), le groupe français s'est positionné sur le dossier. «Nous sommes candidats pour racheter une licence qui nous permettra d'organiser des paris hippiques en Grèce dans le réseau physique pour 20 ans et sur Internet pour 10 ans», affirme son PDG, Philippe Germond.

De façon plus large, le PMU souhaite mettre le cap à l'international. D'ici à 2020, il compte dégager 10 % de sa marge nette avec ses activités à l'étranger contre 2 % aujourd'hui. Un développement qu'il envisage plutôt en Europe. Cela n'empêche pas le PMU de regarder attentivement des marchés comme la Chine où, pour l'instant, les courses hippiques ne sont pas autorisées.

Ce...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant