Le plan de redressement de Darty en France porte ses fruits

le
0

par Dominique Vidalon

PARIS (Reuters) - Darty, numéro trois en Europe de la distribution d'électroménager et d'électronique grand public, a fait état jeudi d'une amélioration de ses résultats en France au premier trimestre de son exercice fiscal, le plan de redressement lancé sur son principal marché commençant à porter ses fruits.

Darty France, qui représente 70% du chiffre d'affaires global du groupe, a vu ses ventes baisser de 0,4% sur le trimestre (mai-juillet), après un recul de 2,7% au quatrième trimestre.

Son directeur général, Régis Schultz, précise que la réorganisation touchera 375 emplois administratifs en France, sur un effectif total de 11.500 personne dans le pays. Il est toutefois trop tôt pour préciser le nombre de suppressions d'emplois, 350 postes ayant été ouverts au reclassement au sein de Darty France.

Le groupe affirme par ailleurs que les conditions de marché resteront difficiles et pèseront sur ses marges bénéficiaires.

Darty s'est désengagé cette année des marchés italien et espagnol, sur lesquels il perdait de l'argent, pour se recentrer sur la France, la Belgique et les Pays-Bas.

Régis Schultz, qui a pris la direction du groupe en avril, a précisé à Reuters, que la société, qui cherche à vendre ses activités en République tchèque, en Slovaquie et en Turquie, négocie avec "plusieurs investisseurs" pour "trouver la meilleure solution".

Le fonds activiste Knight Vinke, premier actionnaire avec 25% du capital et un siège au conseil d'administration, fait pression sur le groupe pour qu'il accélère sa restructuration.

Globalement, Darty a fait état d'une baisse de 1% à données comparables de son chiffre d'affaires global sur le premier trimestre de son exercice fiscal, clos le 31 juillet.

Sa marge brute a diminué de 90 points de base en raison de la montée en puissance des ventes en ligne et d'un contexte qui reste dominé par la pression sur les prix.

L'action Darty, qui a gagné 35% depuis le début de l'année, recule de 1,28% vers 9h25 GMT.

"Le prochain catalyseur pour l'action (...) serait des cessions en Turquie et/ou en République tchèque ou en Slovaquie", écrivent les analystes de N+1 Singer dans une note.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant