Le plan de la BCE ne suffira pas, estime Lagarde (FMI)

le
0

(Complété avec autres déclarations) PARIS, 23 janvier (Reuters) - Le programme de rachat d'actifs annoncé jeudi par la Banque centrale européenne ne sera pas "suffisant" pour relancer l'activité en Europe, où des réformes structurelles restent nécessaires, a estimé vendredi Christine Lagarde. "Je ne pense pas que ce soit suffisant pour relancer l'activité européenne et soutenir la croissance exclusivement. Donc c'est un complément très important, mais il faut en plus des réformes structurelles de fond qui permettent d'améliorer la compétitivité d'un certain nombre d'économies", a dit la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) sur France 2. "Le montant a surpris les marchés, ça a été bien communiqué, bien expliqué. Tout le monde craignait que ce soit compliqué, en fait ce n'est pas compliqué et je crois que de ce point de vue-là, c'est une vraie réussite de la Banque centrale européenne", a-t-elle commenté. Le président de la BCE, Mario Draghi, a précisé que ce rachat d'actifs renforcé porterait sur 60 milliards d'euros par mois, jusqu'à fin septembre 2016, soit une enveloppe de 1.140 milliards d'euros jusqu'à "un ajustement durable" conforme à l'objectif de l'institution en termes d'inflation. "La question qui va se poser, c'est est-ce que les banques vont se sentir suffisamment en confiance pour prêter à l'économie?", s'est interrogée Christine Lagarde. RISQUE DE DÉFLATION "Deuxième question, est-ce que les ménages, les entreprises vont avoir suffisamment confiance pour se dire : 'ça y est, il y a de la liquidité pas très chère en ce moment, il y a des prix du pétrole particulièrement bas, il y a un euro qui s'est déprécié (...), donc est-ce que ça ne vaudrait pas la peine maintenant d'y aller, d'investir?", a-t-elle poursuivi. Christine Lagarde a dit craindre un attentisme nuisible au taux d'inflation. "On a en ce moment un risque sérieux, contre lequel la BCE s'engage, qui est le risque de très faible inflation voire de déflation". Le FMI a récemment révisé à la baisse ses prévisions de croissance pour la France à 0,9% pour 2015 et 1,3% pour 2016, en deçà des scénarios gouvernementaux (1% en 2015 et 1,7% en 2016). "Ce n'est pas suffisant pour créer les emplois nécessaires dans l'économie française, pour répondre à la demande d'emplois. Donc il faut vraiment faire feu de tout bois", a dit Christine Lagarde. "Le monétaire s'est mis en place, il faut restaurer la confiance, il faut avoir une politique budgétaire qui soit raisonnable et il faut absolument faire ces réformes structurelles". L'ancienne ministre française de l'Economie a insisté sur la nécessité pour les pays de la zone euro de s'engager résolument sur la voie des réformes. "Les réformes, ça commence, il faut y aller!", a-t-elle déclaré à propos de la France, dont le président, François Hollande, est attendu ce vendredi au Forum économique de Davos (Suisse). (Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux