Le plan de Juppé pour tenir jusqu'en 2017

le
1
Le plan de Juppé pour tenir jusqu'en 2017
Le plan de Juppé pour tenir jusqu'en 2017

« Ceux qui pensent encore que je vais m'arrêter en cours de route se trompent. J'irai jusqu'au bout. Je n'ai rien à perdre », lance Alain Juppé devant un parlementaire UMP qu'il reçoit dans ses locaux parisiens de la rue de l'Université (VIIe). La scène se passe courant décembre, dans ces 120 m2 inaugurés à l'automne dernier par l'ancien Premier ministre. « Il y a du va-et-vient tout le temps ici : des politiques, mais pas trop, surtout beaucoup de personnes du monde civil qui veulent s'investir à ses côtés pour l'aider à préparer son projet présidentiel », raconte une de ses petites mains. Un an et demi avant la primaire qui devra départager les candidats de la droite pour l'Elysée, Juppé est donc déterminé à prendre son destin en main. « 2015 va être l'année de la montée en puissance », assure le député Benoist Apparu, l'un de ses porte-parole, alors que son champion caracole déjà en tête des sondages de popularité, mais aussi des intentions de vote pour 2017, auprès des Français. Même si son grand rival, Nicolas Sarkozy, conserve la majorité chez les sympathisants de droite... et a l'avantage de tenir le parti et l'appareil UMP. Tandis que Juppé a certes la stature du sage, mais apparaît un peu isolé dans sa famille.

Il va avancer, mais à son rythme

Quant aux sondages flatteurs, « son socle de popularité est solide et durable. Mais en la matière, il a tout connu et sait qu'il y a une part d'imprévisibilité et d'irrationalité », tempère son conseiller politique Gilles Boyer, qui n'a pas oublié les années de purgatoire de Juppé après sa condamnation de 2004 dans l'affaire des emplois fictifs de la Ville de Paris. Le maire de Bordeaux va devoir apprendre à gérer son temps au cours de cette année. « Ça va même être son enjeu majeur, reprend Apparu. S'il part trop vite en multipliant les déplacements et en déballant son programme trop tôt, les Français comme les médias vont vite se ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9035148 le mercredi 7 jan 2015 à 12:35

    repars jouer au scrable, alain , c'est pas ton truc