Le plan B des républicains pour battre Donald Trump

le
0
Si elle se confirmait, la baisse de régime de Donald Trump pourrait lui valoir une convention républicaine où rien ne serait joué.
Si elle se confirmait, la baisse de régime de Donald Trump pourrait lui valoir une convention républicaine où rien ne serait joué.

Ceux des républicains que la perspective d'une nomination de Donald Trump comme champion de leur parti désespère entretiennent depuis les quatre primaires de samedi dernier un nouvel espoir. Même si celui-ci est à la fois mince et teinté de déception. La déception vient des scores minables obtenus par celui en qui les caciques du parti mettaient tous leurs espoirs : Marco Rubio est arrivé seulement troisième en Louisiane, au Kentucky, au Kansas et même quatrième dans l'état du Maine. Son retrait de la course à la présidence est désormais à l'ordre du jour. Même si le sénateur de Floride, pourtant donné battu dans les sondages à Miami, espère au moins gagner son propre État le 15 mars. Une défaite chez lui signifierait en effet la fin de sa vie politique.

Le soulagement en revanche vient de ce que Donald Trump ne paraît plus invincible. Battu dans le Kansas et dans le Maine, vainqueur d'une courte tête dans le Kentucky et la Louisiane, le candidat populiste a, sur les quatre primaires disputées samedi, empoché moins de délégués que celui qui désormais le talonne : Ted Cruz. 69 contre 53. Le décompte de la totalité des scrutins disputés, caucus et primaires, ne lui donne plus que 82 voix d'avance sur le sénateur du Texas. Si bien que sur les 1 237 délégués nécessaires pour être désignés à la convention républicaine, il n'en a pour le moment engrangé que 382. Ce qui ne constitue pas la moitié des délégués qui...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant