Le plan Annan piétiné par Damas

le
0
L'émissaire spécial des Nations unies et de la Ligue arabe pour la Syrie, Kofi Annan, devrait se rendre mardi dans le sud de la Turquie pour visiter les camps de réfugiés syriens.

Face à la poursuite des violences, qui ont encore fait lundi 35 morts dans la province de Hama, le plan de paix de Kofi Annan, dont la mise en place devait commencer mardi, semble nul et non avenu.

D'après le projet mis au point par l'envoyé des Nations unies et de la Ligue arabe et accepté par toutes les parties, l'armée de Bachar el-Assad devait commencer à se retirer des zones urbaines avant la date butoir de mardi, les forces de l'opposition s'étant engagées à observer un cessez-le-feu dans les quarante-huit heures qui suivront. Mais les autorités de Damas ont exigé des «garanties écrites» des «groupes terroristes armés», des conditions jugées «inacceptables» par la porte-parole de la diplomatie européenne, Catherine Ashton. Même la Chine a appelé, lundi, Damas à respecter ses engagements.

Après les incidents survenus sur la frontière turco-syrienne, le vice-ministre turc des Affaires étrangères, Naci Koru, a estimé que l'échéance fixée in

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant