Le plagiat, nouvelle plaie des examens

le
2
Le plagiat, nouvelle plaie des examens
Le plagiat, nouvelle plaie des examens

Il se glisse régulièrement dans le monde littéraire, squatte les pupitres des politiques... Dans moins de deux mois, à l'heure de décacheter les enveloppes contenant les sujets 2015 du baccalauréat, il prendra aussi place parmi les lycéens, dans les centres d'examens. Le plagiat est partout !

Selon des chiffres du ministère de l'Education nationale, que nous révélons, le nombre de copies falsifiées (à partir, par exemple, de documents enregistrés sur une calculatrice programmable) au bac a bondi de 5,3 points entre 2013 et 2014. Les dossiers d'épreuves pratiques, que les élèves préparent tout au long de l'année en 1re ou en terminale, s'enrichissent eux aussi d'emprunts directement pompés sur le Web. « Les professeurs perçoivent à la lecture de travaux personnels encadrés que tel passage n'est pas la production de l'élève. Ils tapent quelques mots sur le Net, et ça apparaît », explique Vincent Goudet, le directeur du service interacadémique des examens et concours (Siec). Ce centre, qui gère les examens et les concours de l'Ile-de-France, a constaté une explosion du plagiat entre 2013 et 2014 (+ 104,35 %), bien que leur nombre reste modeste (de 23 à 47, soit un quart des tricheries récences l'an passé dans cette académie).

Qu'il s'agisse de jeter un oeil discret sur son smartphone pendant l'épreuve (la majorité des cas), de dissimuler des antisèches dans ses poches ou de truffer sa calculatrice de formules et de verbes irréguliers, la triche dans son ensemble se porte bien. Plus inquiétante peut-être, la pratique du copier-coller est tellement ancrée certains élèves ne perçoivent même plus la limite entre documentation... et pillage intellectuel. « Cela devient mécanique d'aller sur Internet, même avant de réfléchir à la question », constate Christophe Michaut, enseignant-chercheur nantais spécialiste des sciences de l'éducation. Dans son étude sur « les Nouveaux Outils de la tricherie ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • s.thual le samedi 2 mai 2015 à 10:21

    lire remplacement par un contrôle,,, excuses,,,au passage quelle economie pour l education et poursuite des cours jusqu a fin d annee scolaire sans eleve a trainer oisifs durant les périodes d examenscela permettrait sans doute aux enseignants et gens de s accademies de mieux preparer les rentrees suivantes !on est en 2015 plus au siecle dernier !

  • s.thual le samedi 2 mai 2015 à 10:17

    certains examens devraient étre supprimes , et remplace par un contrôle sérieux des notations de l annee !sans complaisance,,,,le jugement sur une journee est loin d etre representatif de la valeur d un individu sauf a etre parfait a 100% ,,,,qui ?