Le pirate informatique "Sabu" sort libre du tribunal à New York

le
0
Le pirate informatique "Sabu" sort libre du tribunal à New York
Le pirate informatique "Sabu" sort libre du tribunal à New York

Le pirate informatique "Sabu", fondateur du groupe international LulzSec, est sorti libre mardi du tribunal fédéral de Manhattan à New York, condamné à son temps passé déjà en détention à la faveur de ce que la juge a appelé "une "extraordinaire coopération" avec les enquêteurs.De son vrai nom Hector Xavier Monsegur, "Sabu", 30 ans, également ex-membre d'Anonymous et du groupe Internet Feds, et qui avait participé à des dizaines voire des centaines d'attaques informatiques contre des sites publics ou d'entreprises, risquait au départ jusqu'à 26 ans de prison. "Approché" en juin 2011 par les enquêteurs, il avait immédiatement accepté de coopérer, et avait plaidé secrètement coupable le 15 août 2011 de divers délits de fraude informatique et bancaire.Dans un mémorandum, les procureurs avaient demandé la clémence, insistant sur le fait qu'il avait "coopéré de manière extrêmement précieuse et productive" depuis trois ans, une coopération permanente qui selon eux a permis de déjouer ou d'atténuer quelque 300 actes de piratage qui auraient causé des millions de dollars de dégâts.Monsegur leur avait aussi signalé la vulnérabilité aux attaques de certaines infrastrucutres vitales, comme par exemple le système d'approvisionnement en eau d'une grande ville américaine."Sabu", figure très connue du monde des hackers a également permis huit arrestations et condamnations de pirates informatiques de premier plan qui, à une exception, ont tous plaidé coupable, selon les procureurs. Parmi eux Jeremy Hammond, alias "Anarchaos", condamné en novembre dernier à New York à dix ans de prison.En 2012, les autorités avaient toutefois annulé la liberté conditionnelle de "Sabu" après qu'il eut posté en ligne des contenus sans autorisation, et il avait été incarcéré presque 7 mois, du 25 mai au 18 décembre. C'est à cette peine que la juge Loretta ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant