Le pirate de l'air ukrainien voulait «sauver» son président de Poutine

le
0
Le pirate de l'air ukrainien voulait «sauver» son président de Poutine
Le pirate de l'air ukrainien voulait «sauver» son président de Poutine

Pourquoi diable a t-il voulu détourner un avion turc sur Sotchi (Russie), en pleine cérémonie d'ouverture des JO ? Le pirate de l'air ukrainien interpellé vendredi soir, après une tentative de détournement, voulait en fait «sauver» le président de son pays Viktor Ianoukovitch, «otage», d'après lui, de son homologue russe Vladimir Poutine, selon un responsable régional de Kharkiv (Ukraine), qui le connaissait.

Un «comportement pas tout à fait normal»

Le pirate de l'air présumé, Artem Kozlov, «devrait être examiné par des psychiatres», a estimé Ivan Vartchenko, conseiller régional de Kharkiv et membre du parti d'opposition Batkivchtchina (Patrie). Déclarant le connaître, Ivan Vartchenko a raconté que Kozlov, diplômé de l'Université aéro-spatiale de Kharkiv et travaillant comme designer de pages internet, a eu ces temps derniers un «comportement pas tout à fait normal».

A la veille de sa tentative de détournement d'un avion turc entre Kharkiv et Istanbul, il a dit à plusieurs personnes, dont Ivan Vartchenko, que le président ukrainien était «otage» du président russe et qu'il était indispensable de le «sauver», a poursuivi le conseiller régional. «On ne parvenait pas à le calmer, mais personne ne s'attendait à ce qu'il soit capable d'aller jusqu'à tenter de détourner un avion», a-t-il ajouté.

Ni explosifs ni armes à bord de l'avion

Arrêté vendredi soir par la police turque à l'atterrissage de l'appareil à Istanbul, Kozlov était interrogé samedi sur ses motivations et l'existence d'éventuels complices. Ni explosifs ni armes n'ont été retrouvés à bord de l'avion. Selon les récits de passagers, l'Ukrainien avait tenté sans succès d'entrer dans le poste de pilotage, affirmant avoir une bombe et demandant que l'appareil se dirige vers Sotchi, au moment même où s'y ouvraient les JO d'hiver.

Selon les services spéciaux ukrainiens et turcs, il aurait demandé aussi «la libération de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant