Le piratage de 2013 : streaming sur smarthone, ripping et VPN

le
0
Le piratage de 2013 : streaming sur smarthone, ripping et VPN
Le piratage de 2013 : streaming sur smarthone, ripping et VPN

Le piratage sur internet se modernise, avec trois pratiques qui montent : le streaming (consultation en ligne) sur smartphone, le ripping (téléchargement définitif des oeuvres en streaming) et les VPN, sorte des "couloirs" privés sur Internet, indique une nouvelle étude de l?Hadopi.L?Hadopi, l?autorité anti-piratage, a mené une enquête, parue vendredi, auprès de 1.434 internautes, dont 531 qui déclarent consommer illégalement films, séries TV ou musiques, que ce soit en streaming ou par échange de fichiers entre internautes, technique dite de "peer-to-peer" (P2P).Outre un constat sans surprise de la banalisation des pratiques illicites, jugées faciles par les trois-quarts des internautes, Hadopi constate une montée du streaming sur téléphones portables, avec des applis comme streaming4iphone, qui donnent accès gratuitement à des milliers de films, séries et musiques.Cette tendance s?inscrit dans la vogue générale de la consultation des oeuvres gratuitement en streaming, proposées par des milliers de sites, comme les 16 dont la justice française vient d?ordonner le blocage jeudi. Les fichiers sont envoyés par des internautes sur un serveur situé quelque part dans le monde et ensuite rendus disponibles pour tous en streaming, via des sites qui se contentent d?afficher des liens vers ces serveurs.Parallèlement à la montée du streaming se développe massivement le "ripping" : l?enregistrement sur son appareil d?une oeuvre que l'on consulte en streaming. Quelque 41% des consommateurs de musiques, films ou séries ont déjà utilisé des logiciels de ripping, que l'on trouve partout, et ce taux monte à 57% chez les consommateurs illégaux.Ces logiciels, y compris sur smartphone, sont très utilisés par les jeunes pour enregistrer des morceaux sur YouTube, par exemple.Menace pour Deezer ou SpotifyMais enregistrer l?oeuvre permet non seulement de l?écouter hors connexion mais aussi de la partager avec d?autres, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant