Le "pic du charbon" pourrait arriver plus tôt que prévu en Chine

le
0

par David Stanway PEKIN, 28 novembre (Reuters) - La consommation de charbon en Chine, premier pollueur mondial, pourrait culminer plus tôt que prévu en raison du ralentissement de la croissance économique, qui pèse sur la demande d'énergie, et de la politique gouvernementale de réduction des émissions polluantes. Des organismes tels que l'Institut de recherche sur l'énergie (ERI), affilié au gouvernement, et le Conseil de défense des ressources naturelles (NRDC), basé aux Etats-Unis, prédisent désormais que le pic sera atteint avant 2020, alors que le secteur l'attendait jusqu'à présent entre 2022 et 2027. Une telle accélération de calendrier ne menacerait pas seulement les sociétés minières chinoises mais aussi des pays comme l'Australie et la Russie, qui comptent parmi les principaux exportateurs de charbon vers la Chine. Citigroup, qui a ramené l'an dernier à 2020 sa prévision de "pic du charbon" en Chine, souligne que la politique de lutte contre la pollution engagée par les autorités, combinée aux efforts d'amélioration de l'efficacité énergétique et de ré-orientation de l'économie, pourrait rapprocher un peu plus la date de ce point culminant. "Nous nous attendons à ce que cette combinaison de facteurs ralentisse effectivement la consommation de charbon du secteur de l'énergie et conduise à un plateau et un pic avant 2020",a déclaré Michael Eckhart, responsable mondial de la finance environnementale chez Citigroup, lors d'un colloque à Pékin ce mois-ci. La Chine compte limiter sa consommation de charbon à environ 4,2 milliards de tonnes d'ici 2020, soit un niveau supérieur d'environ 10% à celui de 2013, alors de 3,8 milliards de tonnes. Certains chercheurs dépendant du gouvernement, notamment Jiang Kejun de l'ERI, pensent que le recul pourrait débuter plus tôt. Après des années de croissance fulgurante, la Chine a décrété une "guerre contre la pollution" et la consommation de charbon commence déjà à diminuer dans des régions comme Pékin et Hebei, régulièrement enveloppées par un nuage de particules polluantes. Des initiatives ont aussi été lancées pour consolider ou fermer des mines de taille modeste. UN PLAFOND DANS LE PLAN QUINQUENNAL La Chine extrait elle-même l'essentiel de son charbon et plus le "pic du charbon" interviendra tôt, plus il paraîtra urgent de régler les problèmes chroniques de surcapacités. Sur les neuf premiers mois de 2014, la production de charbon a diminué pour la première fois depuis la crise financière asiatique, reculant de 1,3% à 2,85 milliards de tonnes. Le charbon représente environ 60% de la pollution au dioxyde de carbone (CO2) de la Chine et le gouvernement s'est engagé à faire culminer les émissions de CO2 et à doubler la part des ressources non carbonées dans le bouquet énergétique de la Chine, pour la porter à 20%, "aux alentours de" 2030. Xie Zhenhua, vice-président de la Commission nationale du développement et de la réforme chargé des politiques climatiques, a promis des mesures fortes pour réduire la consommation de charbon, qui "devrait baisser progressivement". Des signes indiquant la proximité d'un pic sont déjà perceptibles dans certains secteurs intensifs en énergie. Le sidérurgiste Baoshan Iron et Steel 600019.SS s'attend à ce que la production d'acier brut culmine en 2018 à environ 850 millions de tonnes avant de revenir entre 700 et 800 millions de tonnes. L'institut ERI va même plus loin et prédit une baisse d'un quart de la production d'acier d'ici 2020, à 610 millions de tonnes. Un ralentissement dans le secteur de la construction pourrait aussi entraîner une contraction d'un tiers de la production de ciment, autre activité gourmande en charbon, par rapport à ses niveaux de 2013, d'après l'ERI. La demande globale d'énergie de la Chine ne devrait toutefois pas culminer avant la fin de la décennie 2030, ce qui signifie que les centrales à charbon devront continuer à augmenter leur production malgré l'accent mis sur le nucléaire et les sources d'énergie renouvelables. Cela n'entraînera toutefois pas d'augmentation globale de la consommation de charbon chinoise, les capacités additionnelles de production d'électricité se substituant à la consommation directe de charbon par l'industrie et pour le chauffage, moins efficace. La Chine devrait imposer un plafond à la consommation de charbon dans le cadre de son prochain plan quinquennal, attendu en 2016. On ignore toutefois à quel niveau. (Avec Kathy Chen; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant