Le PIB allemand s'est contracté de 0,5% au 4e trimestre

le
1
LA CROISSANCE ALLEMANDE
LA CROISSANCE ALLEMANDE

par Eva Kuehnen et Sakari Suoninen

WIESBADEN, Allemagne (Reuters) - L'économie allemande s'est contractée plus que prévu au quatrième trimestre 2012, le produit intérieur brut (PIB) reculant de 0,5% sur la période, selon les premières estimations officielles publiées mardi, montrant que la crise de la dette de la zone euro a rattrapé le pays.

Sur l'ensemble de l'année 2012, le PIB de l'Allemagne n'a ainsi augmenté que de 0,7%, a précisé l'Office fédéral de la statistique.

Trente économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur un chiffre de +0,8%. En 2011, l'économie avait enregistré une croissance de 3,0% après un bond de 4,2% en 2010, qui était sans précédent depuis la réunification.

"L'économie allemande n'est peut-être plus le paradis qu'elle a été dernièrement mais elle reste néanmoins un îlot de croissance dans l'océan de récession qui a submergé la zone euro", a noté Carsten Brzeski, économiste chez ING.

Comme en témoignent les données 2010 et 2011, l'Allemagne est longtemps restée un pôle de stabilité dans une zone euro engluée dans la crise depuis plus de trois ans. Ce n'est que depuis le second semestre 2012 que l'activité allemande a commencé à montrer des signes de faiblesse.

Plus récemment, l'excédent commercial s'est contracté davantage que prévu en raison d'un fléchissement inattendu des exportations en novembre, et les commandes à l'industrie sont reparties à la baisse ce même mois, deux indicateurs qui préfiguraient la contraction annoncée pour le dernier trimestre 2012.

"Au cours des deux années précédentes, la croissance du PIB a été beaucoup plus forte (qu'en 2012) mais cette évolution avait été le fait d'un phénomène de rattrapage après la crise économique mondiale de 2009", note l'Office fédéral de la statistique.

PREMIER EXCÉDENT BUDGÉTAIRE DEPUIS 2007

La plupart des économistes anticipent un rebond de l'économie allemande dans les premiers mois de 2013. Mais au bout du compte, l'année qui vient de commencer pourrait également se solder par une croissance modeste.

Selon le journal économique Handelsblatt, le gouvernement allemand s'apprête à réduire de moitié, à 0,5%, sa prévision de croissance pour 2013.

Un responsable du ministère de l'Economie a ensuite dit à Reuters que Berlin tablait sur une croissance de 0,4% cette année puis sur un PIB en hausse de 1,6% en 2014.

A la fin de l'année dernière, le ministre des Finances Wolfgang Schäuble évoquait un rythme de croissance "convenable" en 2013, à la faveur d'exportations vers les pays situés hors de la zone euro.

Les entreprises allemandes ont récemment donné des indices peu encourageants pour 2013 : Deutsche Post a déclaré que cette année ne serait "pas facile", tandis que BMW a dit redouter un affaiblissement de son marché domestique dans les mois qui viennent.

Certains signes suggèrent néanmoins que l'économie allemande devrait vite repartir de l'avant. Le secteur privé a renoué avec la croissance en décembre pour la première fois en huit mois et le climat des affaires continue de s'améliorer.

En outre, pour la première fois depuis 2007, le budget est revenu à l'équilibre en 2012, enregistrant un excédent de 0,1% après un déficit de 0,8% l'année précédente.

Parmi les composantes du produit intérieur brut (PIB), les exportations ont grimpé de 4,1% en 2012, à comparer à une hausse de 2,3% des importations, et la consommation privée a progressé de 0,8%. L'investissement dans les biens d'équipement a en revanche reculé de 4,4% et de 1,1% dans la construction.

La consommation publique a augmenté de 1,0%.

Véronique Tison et Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dratiser le mardi 15 jan 2013 à 12:03

    la grosse d.inde va peut etre entendre raison maintenantque l'allemagne "exemplaire" a mangé son pain blanc

Partenaires Taux