Le phénomène des faux taxis s'amplifie

le
0
Ces non-professionnels investissent même les villes moyennes.

Fin de saison estivale morose pour les taxis français, qui ont été particulièrement échaudés par l'activité des faux taxis. Un phénomène qui n'est certes pas nouveau, mais qui n'a fait que s'amplifier, assure Christian Delomel, président de la Chambre syndicale des artisans du taxi (CSAT).

Depuis quelques années, la crise a en effet jeté dans la rue de plus en plus de personnes qui s'improvisent chauffeurs de taxi en ayant recours aux modes de transport les plus divers. Avec une moto, une voiture, un minibus, et même avec un tuc-tuc - ces petites remorques tractées par un vélo -, ces non-professionnels volent la clientèle à la sortie des trains et des avions, dans les aéroports et aux abords des gares. Pendant l'année, ils détournent la clientèle d'hommes d'affaires et d'employés en déplacement professionnel. En été, changement de cible: ils s'en prennent aux millions de touristes.

«Durant les beaux jours, le travail clandestin bat son plein. Des chômeurs enf

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant