Le peu d'engouement pour le TLTRO négatif pour le crédit-Moody's

le
0

LONDRES, 22 septembre (Reuters) - Le peu d'enthousiasme suscité par les nouveaux prêts très bon marché de la Banque centrale européenne (BCE) est plutôt un élément "négatif" pour les notes de crédit des émetteurs souverains et bancaires de la zone euro, estime lundi l'agence de notation Moody's. La BCE a prêté jeudi 82,6 milliards d'euros à 255 banques dans le cadre de la première de ses nouvelles opérations de refinancement à quatre ans, les TLTRO, un montant nettement inférieur aux attentes. ID:nL6N0RJ1ZA L'opération du 18 septembre a été la première des huit TLTRO annoncées le 5 juin pour tenter de relancer le crédit, soutenir l'inflation et, accessoirement, faire baisser l'euro. Même si les banques auront une nouvelle opportunité de faire appel aux fonds de la BCE le 11 décembre, à un moment où les résultats des tests de résistance sera connu, Moody's estime que le résultat de la première TLTRO n'est guère encourageant. "Une demande atone pour les fonds (...) est négative du point du vue du crédit des économies de la zone euro car cela reflète vraisemblablement la conjugaison d'opportunités de prêts rentables insuffisantes pour les banques et de la volonté de ces dernières de continuer à réduire leur bilan et leur exposition au risque", estime l'agence de notation. "Par conséquent, un environnement de croissance plus faible est un élément négatif pour les notes souveraines", a dit à Reuters Marie Diron, vice-présidente chez Moody's. Cela fait un moment que les prêts des banques baissent dans la zone euro. En août, le montant global des prêts consentis aux sociétés non-financières a reculé de 2,8% sur un an, revenant près de 12% en dessous de son pic du début 2009. Selon Moody's, il faut toutefois attendre la prochaine vague de TLTRO avant tout jugement définitif. D'ici là, les banques et les investisseurs connaîtront les résultats du bilan de santé que leur fait passer la BCE. Et Mario Draghi, le président de la banque centrale, aura vraisemblablement lancé un programme d'achats de titres adossés à des actifs (asset-backed securities, ABS) et d'achats d'obligations sécurisées. "Cependant, la demande faible lors de ce premier TLTRO suggère aussi que les banques n'ont pas besoin de fonds supplémentaires, même à des taux d'intérêt très bas", a ajouté Marie Diron. (Marc Jones, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant