Le pétrole termine en baisse de plus de 3,5% à New York

le
0
    NEW YORK, 1er août (Reuters) - Les cours du pétrole ont 
terminé en baisse de plus de 3,5% lundi sur le marché 
new-yorkais Nymex, le mois d'août poursuivant ainsi le repli 
accusé en juillet par l'or noir, les inquiétudes renouvelées 
concernant un décalage entre une offre abondante et une demande 
atone reprenant le dessus. 
    Le contrat septembre sur le brut léger américain (West Texas 
Intermediate, WTI)  CLc1  a perdu 1,54, soit 3,7%, à 40,06 
dollars le baril après être tombé en séance sous la barre des 40 
dollars pour la première fois depuis le mois d'avril. 
    Au moment de la clôture du Nymex, le Brent  LCOc1  cédait 
1,34 dollar (-3,08%) à 42,19 dollars. 
    Le mois de juillet (-13,9% pour le WTI, -14,5% pour le 
Brent) a marqué un deuxième mois de repli consécutif du pétrole 
après quatre mois de progression d'affilée. 
    Depuis le début de l'année, les deux cours de référence de 
l'or noir sont encore en hausse de respectivement 8,2% et 13,2%. 
Et par rapport à des creux de plus de 12 ans, à entre 26 et 27 
dollars le baril, touchés en fin janvier-début février, la 
progression est encore de 55%. 
    Mais le WTI comme le Brent sont entrés en "territoire 
baissier" (bear market territory) la semaine dernière depuis que 
leur recul par rapport à leurs pics de 2016 atteints en juin, à 
plus de 50 dollars, a dépassé les 20%. 
    "Il s'agit à la fois d'un mouvement de ventes technique et 
de la liquidation de positions de la part de ceux qui redoutent 
que l'on va à nouveau être noyé dans le pétrole et ce justement 
au moment où les grands déplacements automobile des mois d'été 
sont censés doper la demande", a déclaré Phil Davis, courtier 
chez PSW Investments. 
    L'accès de faiblesse du pétrole, accentué par la bonne tenue 
du dollar, s'explique à la fois par l'annonce d'une production 
record des pays de l'Opep le mois dernier et d'une augmentation 
des nouveaux forages aux Etats-Unis. 
    La production des membres de l'Opep a atteint en juillet son 
plus haut niveau dans l'histoire récente du cartel, en raison 
notamment d'une hausse de la production de l'Irak et des 
exportations du Nigeria, montre une enquête Reuters. 
    Sur ce même mois de juillet, 44 nouveaux forages ont été 
recensés aux Etats-Unis, soit la plus forte progression 
mensuelle depuis avril 2014, selon les données publiées vendredi 
par le groupe de services pétroliers Baker Hughes. 
 
 (Barani Krishnan, Patrick Vignal et Benoit Van Overstraeten 
pour le service français) 
  
 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant