Le pétrole finit en baisse à New York, le WTI teste les $42

le
0

NEW YORK, 13 août (Reuters) - Les cours du pétrole ont terminé en nette baisse jeudi sur le marché new-yorkais Nymex, avec le brut léger texan qui est brièvement passé en fin de séance sous le seuil des 42 dollars pour la première fois depuis 2009. Le contrat principal sur le West Texas Intermediate (WTI) CLc1 a testé plusieurs fois le niveau de 42,03 dollars, qui correspondait à son plus bas de l'année inscrit en mars dernier, avant de l'enfoncer en fin de séance pour reculer jusqu'à 41,92 dollars, son cours le plus bas depuis le creux de 39,44 touché en mars 2009. Il a ensuite rebondi sur ce niveau pour terminer à 42,23 dollars, en repli de 1,07 dollar ou 2,47% sur la séance. A ce stade, le Brent LCOc1 de mer du Nord, dont le contrat septembre expire vendredi, cédait 42 cents (0,85%) à 49,24 dollars, ayant lui aussi réduit ses pertes après un point bas à 48,85. Les cours du brut ont perdu près d'un tiers de leur valeur depuis la fin juin dans la crainte d'une situation de déséquilibre durable du marché mondial. L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a rappelé jeudi que l'Iran avait la "capacité technique" d'augmenter ses livraisons de 600.000 barils par jour d'ici la fin 2016 en cas de levée des sanctions occidentales qui limitent actuellement ses exportations. Le WTI a aussi réagi à des estimations de la société d'études Genscape selon lesquelles les stocks du terminal géant de Cushing, dans l'Oklahoma, ont augmenté de plus de 1,3 million de barils lors de la semaine au 11 août, ce qui serait leur plus forte hausse hebdomadaire depuis mars. Les stocks américains de brut risquent d'augmenter encore avec l'annonce par BP BP.L de la fermeture des deux tiers des capacités de sa raffinerie de Whiting, dans l'Illinois - la plus importante du MidWest américain - en raison d'une fuite. La hausse du dollar, qui rend le pétrole plus cher pour les pays ayant d'autres devises, a aussi pesé sur les cours en faisant craindre pour la demande. Pour Chris Jarvis, analyste chez Caprock Risk Management à Frederick (Maryland), l'enfoncement de la barre des 42 dollars risque de déclencher une cascade d'ordres de vente. "On est dans le camp où l'on pense que ce niveau de support ne tiendra pas. On dit depuis mars que le marché ne capitulera que dans la zone des 30 dollars", affirme-t-il. (Barani Krishnan, Véronique Tison pour la version française)

 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant