Le pétrole finit en baisse à New York, cède plus de 3% sur la semaine

le
0
    NEW YORK, 22 juillet (Reuters) - Les cours du pétrole ont 
terminé en baisse vendredi sur le marché new-yorkais Nymex 
portant leur recul à plus de 3% sur la semaine avec le retour 
des inquiétudes sur la persistance d'un excédent d'offre sur le 
marché.  
    En dépit des anticipations d'une résorption des excédents à 
court terme, les stocks de brut sur des tankers en mer ou dans 
des réservoirs terrestres restent élevés et le rééquilibrage du 
marché prend plus de temps que prévu.  
    De plus, le nombre de nouvelles plateformes de forage aux 
Etats-Unis a augmenté pour la quatrième semaine consécutive, 
selon les données publiées vendredi par la société 
parapétrolière Baker Hughes. 
    Quatorze nouveaux puits de forage ont été mis en service sur 
la semaine au 22 juillet portant à 50 le nombre de nouvelles 
plateformes depuis début juin, lorsque les cours du pétrole ont 
atteint un plus haut de l'année au-dessus de 50 dollars le 
baril.  
    "L'histoire d'un marché équilibré (au deuxième semestre 
2016) s'est révélée illusoire jusqu'à présent", a dit Giovanni 
Staunovo, analyste d'UBS.  
    "L'offre pourrait même augmenter à court terme avec la 
normalisation de la production là où elle a été perturbée et une 
augmentation de l'offre en provenance du Moyen-Orient tandis que 
la demande en provenance de l'Asie émergente devrait ralentir." 
    Le contrat septembre sur le brut léger américain (West Texas 
Intermediate, WTI)  CLc1  a perdu 56 cents, soit 1,25%, à 44,19 
dollars le baril. Il perd 3,2% sur la semaine. 
    Au moment de la clôture du Nymex, le Brent  LCOc1  cédait 51 
cents (1,10%) à 45,69 dollars, au plus bas depuis le 11 mai et 
en recul de 4% sur la semaine.  
    "Le marché est assez volatil", a dit Richard Mallinson, 
analyste d'Energy Aspects ajoutant que la faiblesse des volumes 
échangés en Europe en cette période de trêve estivale peut 
"accentuer les variations même en l'absence de catalyseur 
majeur." 
    Les exportations de brut en provenance d'Irak devraient 
augmenter en juillet selon les données sur les chargements et 
une source industrielle, avec la remise sur les rails de la 
production du pays après deux mois de baisse.  
    Le recul des prix aux Etats-Unis a encouragé les 
intervenants de marché à expédier du brut américain en Europe 
ajoutant à l'offre dans la région.  
    Cela a contribué à contrebalancer les perturbations des 
approvisionnements en provenance du Nigéria où la production est 
amputée de 700.000 barils par jour, selon la compagnie nationale 
NNPC.  
 
  
 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant