Le pétrole de schiste américain réduit la marge de l'Opep

le
3
LE PÉTROLE DE SCHISTE AMÉRICAIN RÉDUIT LA MARGE DE L'OPEP
LE PÉTROLE DE SCHISTE AMÉRICAIN RÉDUIT LA MARGE DE L'OPEP

par Dmitry Zhdannikov et Christopher Johnson

LONDRES (Reuters) - La production de pétrole de schiste aux Etats-Unis va permettre de satisfaire l'essentiel de la hausse de la demande mondiale au cours des cinq prochaines années, ce qui ne laissera que peu de marges de manoeuvre à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), estime mardi l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

Dans son rapport semestriel, l'AIE prévoit une hausse de 8% de la demande mondiale de pétrole sur la période comprise entre 2012 et 2018, pour atteindre 96,7 millions de barils par jour (bpj).

L'estimation se base sur la prévision, considérée comme optimiste, par le Fonds monétaire international (FMI) d'une croissance mondiale annuelle de 3% à 4,5% sur la même période.

En dehors de l'Opep, la production de pétrole devrait augmenter de plus de 10%, à 59,31 millions de bpj. Selon l'AIE, les Etats-Unis deviendront d'ici 2015 le premier producteur de pétrole hors Opep, à la place de la Russie.

Par rapport à son précédent rapport, publié en octobre 2012, l'AEI, qui conseille les pays développés, a relevé d'un million de bpj son estimation de la production de pétrole en-dehors de l'Opep d'ici 2017.

"L'Amérique du Nord a déclenché un choc de l'offre qui se répercute partout dans le monde", a déclaré Maria van der Hoeven, directrice exécutive de l'AIE. "La bonne nouvelle, c'est que cela contribue à atténuer les tensions qui pesaient depuis des années sur le marché."

La généralisation des technologie américaines d'extraction de pétrole de schiste pourrait accroître la production en Russie et en Chine, alors que les nouveaux projets risquent de se ralentir dans d'autres régions, en particulier dans l'Opep.

CHUTE DE LA PRODUCTION IRANIENNE

"Plusieurs membres (de l'Opep) font face à de nouvelles difficultés, en particulier en Afrique du Nord et subsaharienne", estime l'AIE. "Les retombées du 'Printemps arabe' affectent les investissements et la croissance de la capacité."

L'AIE a baissé sa prévision de la demande de pétrole issu de l'Opep, longtemps considéré comme le principal recours face à la hausse de la demande, à 29,99 millions de bpj en 2017, soit un déclin de 1,22 millions de bpj par rapport à son rapport d'octobre.

En Iran, l'un des plus importants producteurs de l'Opep, la capacité de production de pétrole brut devrait connaître une baisse allant jusqu'à 2,38 millions de bpj d'ici 2018, son plus bas niveau depuis des décennies, en raison des sanctions imposées par les Etats-Unis et l'Union européenne (UE).

La capacité disponible de l'Opep devrait néanmoins augmenter de plus d'un quart à au moins 6,4 millions de bpj, ce qui aidera ses membres à amortir d'éventuels chocs de la demande.

En dehors de la production de pétrole, l'AIE s'attend à une hausse très importante de la part prise par les marchés émergents et les pays en voie de développement dans la demande, le raffinage, le négoce et le transport.

La demande de ces économies, en particulier en Afrique, devrait notamment dépasser celle des économies développées au second semestre 2013 pour atteindre plus de 54% de la demande mondiale en 2018 contre 49% l'an dernier.

L'AIE prévient en outre que les raffineries européennes courent un risque "particulièrement élevé" de fermeture d'ici 2018, en raison de la hausse au niveau mondial des capacités de raffinage, plus rapide que celles de l'offre comme de la demande.

Julien Dury pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • azqsdwxc le mardi 14 mai 2013 à 14:23

    Coût du pétrole de schiste : 80 à 100 $ Rentabilité du gaz de schiste entre 5 et 6 $L'explosion de la production de gaz de schiste a fait baissé le gaz entre 2 et 3 $.Des tas de boîtes perdent énormément d'argent en exploitant le gaz de schiste. Les prix du gaz vont donc remonter rapidement...

  • marshaka le mardi 14 mai 2013 à 14:12

    Il y a juste un problème dans ce raisonnement et ces belles affirmations : Combien coûte un baril de pétrole de schiste à produire et à quelle qualité, de plus les estimations de production sont systématiquement revue en baisse... et si tout ceci était du vent ?

  • M9095115 le mardi 14 mai 2013 à 13:56

    La production de pétrole de shiste américaine va remettre un peu les pendules à l'heure et faire baisser les prix de pétrole.Bravo les américains