Le petit noir presque deux fois plus cher à Paris qu'à Caen

le
2

INFOGRAPHIE - Selon l'indice café 2014, les accros à la caféine paient leur tasse bien plus cher qu'en 2012 aussi bien à la cantine, qu'au distributeur ou au bar. Dans les hôtels, les prix vont du simple au triple entre Paris et Limoges.

Alors que la restauration sous toutes ses formes serre les prix pour résister à la crise, le tarif de la tasse de café a progressé de 4,7 % entre 2012 et 2014 pour s'afficher aujourd'hui à 1,56 euros en moyenne. Selon l'étudeIndice Kfé menée par le cabinet Gira Conseil pour le salon Equip'Hotel, les prix ont grimpé aussi bien dans les cafés qu'à l'hôtel ou dans les distributeurs automatiques.

Surprise: c'est dans la restauration collective que la hausse est la plus forte (+9,68 % en deux ans) devant les distributeurs automatiques (+7,69 %) et la vente à emporter (+4 %). En moyenne sur deux ans, la tasse de café a augmenté de 7 centimes dans les distributeurs et dans les hôtels, de 6 centimes dans la restauration collective, de 5 centimes dans les cafés, bar brasserie ou en vente à emporter et enfin de 2 centimes dans les restaurants.

Cher café alsacien

Même si l'étude relève que les différences de prix entre grandes et petites villes ont tendance à se réduire, la carte de France du petit noir laisse apparaître de grandes disparités. C'est dans l'hôtellerie des villes de plus de 50.000 habitants que l'écart est le plus marqué. Pour le prix d'une tasse à Paris (3,75 euros), le client peut s'en offrir trois à Limoges (1,28 euros). Dans les cafés et bars, les différences sont plus réduites. L'Ile-de-France reste en tête à 2,25 euros mais ce prix a reculé de 14,45 % depuis 2012. L'Alsace pointe à la deuxième place à 1,85 euros tandis que l'essentiel de l'offre se trouve entre 1,3 et 1,6 euros.

Quant aux distributeurs automatiques, les prix varient de 40 centimes entre la Corse (0,7 euro) et l'Ile-de-France (1,15 euro), ce qui représente tout de même 64 % d'écart. Pour une fois la capitale n'est pas significativement en tête, puisque la Basse-Normandie comme le Nord-Pas-de-Calais, l'Aquitaine ou même le Limousin affichent des tarifs voisins, à 1,1 euro.

Tout en soulignant la forte hausse que les cours du café ont connu en début d'année, l'étude rappelle que depuis mai ils ont tendance à baisser et, surtout, que le coût de la matière première pèse moins de 10 % du prix de vente final. Autre idée reçue battue en brèche, l'Italie n'est pas le champion des buveurs de café, le pays ne figure même pas dans le top 10 largement occupé par l'Europe du Nord. La Finlande qui est championne (12 kilo par an et par habitant) devant la Norvège (9,9 kg) et l'Islande (9 kg). La France n'arrive qu'au 17e rang avec 5,47 kg.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gnapi le mardi 4 nov 2014 à 11:28

    Cela n'a pas changé depuis 20 ans. La différence c'est que maintenant les gens y font plus attention et que les cafés parisiens s'en émeuvent.

  • KAFKA016 le mardi 4 nov 2014 à 11:26

    Le titre est de nature raciste il faut sensurer cet article Nationaliste et dégradant pour nos frères Africains.