Le petit-fils de l'ancien maire de Vence en grève de la faim

le
1

GRASSE, Alpes-Maritimes (Reuters) - Le petit-fils de l'ancien maire de Vence Christian Iacono a commencé jeudi une grève de la faim pour demander la libération de son grand-père, qu'il avait fait condamner en l'accusant de viols avant de se rétracter

Gabriel Iacono a maintenu ses accusations pendant les deux procès de Christian Iacono avant de les retirer, mais trop tard pour que la justice fasse marche arrière.

Le jeune homme a expliqué à la presse qu'il resterait devant le palais de justice de Grasse (Alpes-Maritimes) jusqu'à ce que son grand-père soit libéré. Il s'absentera cependant les week-ends, a-t-il précisé, car le palais de justice est alors fermé.

Il a déployé une banderole où on pouvait lire : "en grève de la faim pour obtenir la libération immédiate et définitive de mon grand-père faussement accusé par mes dires et totalement innocent. Entendez-moi SVP."

Cette affaire trouble la justice depuis plus d'une décennie. Christian Iacono, 77 ans, a déjà été incarcéré quatre fois et libéré trois fois au fil des hésitations des magistrats. L'ex-élu demeure condamné à neuf ans de prison dans l'attente d'un complément d'enquête.

Réincarcéré le 9 janvier dernier à la maison d'arrêt de Grasse pour purger sa peine, Christian Iacono a déposé une demande de révision de sa condamnation, en principe définitive. Une commission de la cour de cassation statuera dans quelques mois au vu du complément d'enquête.

Cette commission a rejeté le 23 janvier une demande de suspension de peine. Dans un autre cadre, un juge d'application des peines de Grasse s'est prononcé le 16 février en faveur de sa libération conditionnelle mais le parquet a suspendu la libération en faisant appel. La cour d'appel tranchera, une audience y est programmée le 13 mars.

Cette affaire trouble la justice depuis plus d'une décennie. Christian Iacono a déjà été incarcéré quatre fois et libéré trois fois au fil des hésitations des magistrats, qui ne sont pas tous d'accord sur la valeur à accorder aux rétractations de Gabriel.

L'affaire est émaillée de conflits entre les trois générations de la famille Iacono. Le jeune homme a dit par ailleurs aux journalistes que, depuis une semaine et l'annonce de son projet de grève de la faim, il avait reçu des menaces de mort, sans préciser toutefois d'où elles venaient.

Il déclare avoir déposé plainte pour "diffamation et harcèlement moral".

Pierre Thébault, avec Thierry Lévêque, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7361806 le jeudi 23 fév 2012 à 15:33

    IL continue ses fantasmes!