Le «petit coucou» du nouveau secrétaire d'Etat Christian Eckert

le
5
Le «petit coucou» du nouveau secrétaire d'Etat Christian Eckert
Le «petit coucou» du nouveau secrétaire d'Etat Christian Eckert

«Quend (sic) le Président de la République se tourne vers moi pour avoir mon point de vue, ça me fait tout drôle... Michel Sapin est super sympa et me dira plus tard : Tu as été très bien...» Christian Eckert a pris la plume façon carte postale pour raconter ses premiers pas de secrétaire d'Etat au Budget. Un «petit coucou dans un trou de souris d'agenda».

Dans une note publiée sur son blog, l'élu de Meurthe-et-Moselle livre ses impressions sur sa première semaine à Bercy et son «tourbillon de nouveautés». Le tout nouveau secrétaire d'Etat, qui était jusqu'à présent rapporteur général du Budget à l'Assemblée nationale, confie être «un peu gêné» par «le soin apporté par le personnel à répondre à (ses) moindres demandes, les Monsieur le Ministre qui ponctuent chacune des phrases, la taille de (son) bureau, le silence feutré qui y règne, les hordes de photographes qui guettent à l'entrée ou à la sortie des réunions, la solennité du Conseil des Ministres».

«Week-end réduit à 36 heures»

Et s'épanche dans le détail sur son «week-end réduit à 36 heures» : «Il a fallu quitter Trieux à 10h le dimanche... Michel Sapin, de retour dimanche matin des USA, voulait travailler avec moi le dimanche à 15h. Pour être à l'Elysée ensuite le dimanche à 18h !» Objet de la séance de travail : «la trajectoire des finances publiques qui sera transmise au Parlement et à Bruxelles» et les «fameux 50 Milliards d'économies».

L'initiation de Christian Eckert continue : mercredi, le secrétaire d'Etat assiste à son premier Conseil des ministres. «J'ai appris que ma présence y était souhaitée 12h plus tôt seulement. J'ai pris ma part au débat, à ma place, en bout de table, et ai pris beaucoup de notes...» rapporte-t-il.

Finalement, le secrétaire d'Etat aura passé une semaine «dense et riche, sérieuse et amicale, sereine et chargée». Mais promis, il garde en tête que «cela ne durera qu'un temps ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz le samedi 19 avr 2014 à 08:10

    Mais qu'est-ce que c'est que cet ol.ibr.ius ! Le pauvre ! Obligé d'écourter son week end ! Mais ils nous les sortent d'où ! Ce c.o.n a-t-il une idée de ce qu'est la vie d'un cadre sup voire d'un cadre moyen... Et c'est ce genre de pi.gnouf qui gouverne la France !!! AU SECOURS !!!

  • mipolod le vendredi 18 avr 2014 à 09:29

    Attention, ce type est dangereux pour l'économie ! Il est peut-être prof de math, mais il ne connaît rien aux problématiques de l'entreprise et il ne sait pas comment fonctionne un marché.....d'ailleurs, il n'est pas le seul dans ce cas dans ce gouvernement de branques.

  • brinon1 le jeudi 17 avr 2014 à 20:22

    l'homme qui n'aime pas les ARTS, LES ARTISTES, ET LEURS AMIS, l'HOMME QUI N'AIME PAS "les Riches", et l'homme qui n'aime pas la notion même de propriété et d'épargne, deux larrons en foire et quelques autres, je plains les français et je leur souhaite de la patience pour les mettre dehors avec perte et sans fracas .

  • mipolod le jeudi 17 avr 2014 à 20:12

    Le coucou est forcément un oiseau socialiste !

  • mipolod le jeudi 17 avr 2014 à 20:05

    Qu'est ce qu'un coucou ? C'est un oiseau qui fait son nid dans celui des autres !