Le Pérou plaît aux compagnies minières

le
0

Commodesk - Le Pérou est le deuxième producteur de cuivre mondial et le sixième d'or. Ses ressources minières sont immenses, le pays dispose de 13% des réserves mondiales d'argent, ses sous-sols renferment également du cuivre (10% des réserves mondiales), du zinc (8%) et de l'or (4,3%). (...)

L'industrie minière est primordiale dans l'économie péruvienne. Les investissements miniers entre janvier et juillet 2012 au Pérou s'élevaient à 4,3 milliards de dollars, en hausse de 23,3% par rapport à la même période en 2011, selon le ministère de l'Energie et des Mines.
Parmi les grands investisseurs se trouvent l'américain Newmont avec sa mine d'or de Yanacocha (investissement de 679 millions de dollars), le chinois Chinalco qui exploite du cuivre à Junin (529 millions de dollars) et le suisse Xstrata avec son gisement cuprifère à Cuzco (482 millions de dollars).

51 projets miniers sont déjà confirmés pour la période 2012-2018, soit 48,2 milliards de dollars d'investissements supplémentaires. Il est question de nouvelles explorations mais aussi d'extension de sites et de construction d'infrastructures. Le projet Conga représente, à lui seul, un investissement de 4,8 milliards de dollars.

Les activités minières (surtout les exploitations d'or et de cuivre) représentent 6% du PIB et, en moyenne ces cinq dernières années, 60% des exportations. En 2011, les exportations des produits miniers représentaient 27,3 milliards de dollars.

Pourquoi les entreprises investissent au Pérou ?

La politique du secteur minier est, depuis les années 90, favorable aux investissements étrangers. Les redevances sur les exploitations minières allant de 1 à 3% selon la valeur du concentré extrait (1% si la valeur était de moins de 60 millions de dollars et 3% si elle était de plus de 120 millions de dollars). En 1990, l'industrie minière a été privatisée. La Chine est devenue un investisseur majeur au Pérou, elle représente actuellement 20% du montant total des investissements réalisés. Pas moins de 80 entreprises chinoises sont implantées dans le pays.

En septembre 2011, le président Ollanta Humala a instauré une réforme sur les redevances minières grâce à laquelle la contribution annuelle des compagnies sera augmentée de 1,1 milliard de dollars pendant cinq ans. Les taux de redevances minières sont désormais déterminés par les résultats d'exploitation trimestriels et vont de 1 à 12%. La majorité des entreprises minières opérant au Pérou ont accepté cette taxe sans contestation. Elle reste, effectivement, peu élevée en comparaison des politiques minières des autres pays. En 2011, les revenus totaux des taxes et des redevances était de 5,2 milliards de dollars pour l'Etat péruvien.

Quels bénéfices pour les Péruviens ?

En 2011 le secteur minier employait 177.000 personnes (trois fois plus qu'il y a 10 ans), soit 1% de la population active. Les exploitations d'or et d'argent ne nécessitant pas beaucoup de traitement, elles sont peu génératrices d'emplois. En revanche, Ollanta Humala avait assuré en 2011 que la hausse de la taxe minière servirait à des actions de développement social.

Un an après, les routes et les écoles promises n'ont toujours pas été construites. Le gouvernement se justifie par un manque d'administration fiable au niveau des provinces qui doivent appliquer les réformes bien qu'une partie des revenus miniers reste aux mains du gouvernement central. La pauvreté touche actuellement 27,8% de la population péruvienne.

Les conséquences environnementales sont aussi au c½ur des mécontentements locaux. Une imposition sur l'impact écologique des mines avait été évoquée, comme dans les autres pays producteurs (Australie, Chili, Brésil...) pour l'instant elle n'est pas confirmée. Mais les revendications des populations proches des mines sont de plus en plus nombreuses.

Le président tente de concilier les objectifs économiques, environnementaux et sociaux, il a récemment proposé une réforme constitutionnelle pour le droit à l'eau en réaction à plusieurs manifestations, parfois violentes, à travers le pays.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant