Le Père-Lachaise volé tous les jours

le
0
Le cimetière, qui est l'un des lieux les plus visités de Paris, ne dispose que de douze surveillants. Pas suffisant pour lutter contre les pilleurs, amateurs d'art funéraire.

La tombe de Thomas Couture avant le vol des angelots.
La tombe de Thomas Couture avant le vol des angelots.

Deux anges qui s'envolent du Père-Lachaise. Ce pourrait être le début d'une belle histoire s'il ne s'agissait pas en réalité de deux angelots en bronze subtilisés sur une tombe en plein c½ur du plus prestigieux des cimetières parisiens. Depuis quelques années, la nécropole fait ainsi régulièrement face à des vols d'½uvres d'art funéraires de plus ou moins grande amplitude. En 2007, six bustes remarquables ont ainsi disparu en l'espace de quelques jours. «Il n'y a pas un jour sans que nous ne voyions disparaître une ½uvre, déplore ainsi Régis Dufour Forrestier, le président de l'association des Amis et passionnés du Père-Lachaise. Le plus souvent, ce sont des médaillons, des plaques de marbre, des vitraux, voire des porte-couronnes et puis soudain nous remarquons qu'une statue entière a été déboulonnée!»

Aidé de ses 400 membres, il s'avère l'un des alliés les plus précieux de la

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant