Le père Florent va sauter à l'élastique pour les JMJ

le , mis à jour à 10:49
1
Le père Florent va sauter à l'élastique pour les JMJ
Le père Florent va sauter à l'élastique pour les JMJ

Pour le père Florent Murzeau, les Journées mondiales de la jeunesse (JMJ), qui démarrent dans un mois en Pologne, sont « un saut dans la foi ». Mais pour ce curé en Vendée, ce rendez-vous estival à Cracovie avec le pape François et plus de deux millions de pèlerins du monde entier est aussi un saut dans... le vide ! Car pour subventionner le départ de 191 jeunes de son diocèse, il s’est engagé à s’élancer, le 10 juillet, du haut du viaduc de Coquilleau, situé dans son département avec, bien sûr, les chevilles solidement harnachées à un élastique. « Je vais m’en remettre à mon ange gardien, l’Esprit saint, mais je fais aussi confiance à la société organisatrice de sauts », sourit le jeune prêtre de 32 ans.

 

A l’origine de ce plongeon depuis un ancien ouvrage ferroviaire qui culmine à 52 m de la terre ferme, un appel solennel lancé il y a sept mois dans une vidéo sur YouTube. Le fonceur au col romain promettait de relever le défi si au moins 10 000 € de dons étaient recueillis. Mission largement accomplie, la somme attendue de cette quête inédite ayant même été dépassée. « Désormais, je ne peux plus faire marche arrière, les entreprises et les paroissiens qui ont mis la main à la poche auraient l’impression d’avoir été trahis », confie celui qui officie à Chavagnes-en-Paillers, commune de 3 500 âmes à 35 km de La Roche-sur-Yon. C’est le buzz provoqué, l’été dernier, par un drôle de prêtre du Sud-Ouest ayant décidé de sauter en parachute pour sauver une abbaye qui lui a donné envie de s’offrir quelques frayeurs.

 

Il n’est pas le seul croyant dans l’Hexagone à miser sur l’originalité pour trouver des sources de financement pour permettre, au final, à 40 000 Français de mettre le cap à l’est à moindre coût. « Le pape François a invité tous les fidèles à aller aux périphéries, à prendre avec eux des personnes qui n’ont pas les moyens de partir. Alors, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • vmcfb il y a 5 mois

    Rien d'extraordinaire quand on a la foi en un paradis..