Le père des «cannabis social clubs» jugé à Tours

le
0
Chantre de l'autoculture du cannabis et de sa dépénalisation, Dominique Broc comparaît ce lundi devant ses juges.

À l'instar de ceux qui veulent savoir ce qu'ils ont dans leur assiette, Dominique Broc veut savoir ce qu'il fume. Problème: les considérations «bio» de ce jardinier atterrissent dans le champ pénal où l'on y cultive l'interdiction de ce que, lui, au contraire défend. À 44 ans, il veut s'attaquer à la prohibition du cannabis, dont la détention et la consommation sont, aujourd'hui, parfaitement illicites.

Chantre de l'autoculture de cette drogue et de sa dépénalisation, Dominique Broc, qui comparaît ce lundi en correctionnelle à Tours pour détention illicite de cannabis, a tenté un passage en force avec une action militante se propageant sur toute la France.

Il pose avec ses plants de cannabis

En février dernier, il a présenté à la presse le concept des «cannabis social clubs» (CSC). Dans le cadre de ces structures, il prône tout ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant