Le père de Star Wars se lance dans le logement social

le
0

Le réalisateur George Lucas veut construire des logements bon marché sur son domaine californien. Projet désintéressé ou réponse perfide à ses riches voisins qui ont bloqué ses derniers projets immobiliers ?

On a beau s’appeler George Lucas, obtenir toutes les autorisations nécessaires pour ses projets immobiliers reste une galère, même aux Etats-Unis. Le père de la saga Star Wars s’est en effet cassé les dents lorsqu’il a voulu étendre ses studios dans sa vaste propriété du comté de Marin, en Californie. Face à l’opposition de ses riches voisins qui mettaient en avant l’impact environnemental de son projet, il a envisagé un temps de revendre une partie de ses terrains à un promoteur pour y installer des logements bon marché. Mais là encore, le voisinage a usé de tout son pouvoir de blocage.

C’est ainsi que deux ans plus tard, George Lucas vient tout simplement d’annoncer qu’il prendrait les travaux à sa charge pour mener à bien ce projet de logements sociaux. «Nous avons assez de millionnaires ici, a-t-il fait savoir par son avocat à la chaîne KCBS. Ce dont nous avons besoin, ce sont des maisons pour des salariés normaux.» Le voilà prêt à jouer les chevalier Jedi du logement social.

Le projet qui compterait 224 logements s’installerait sur le terrain du ranch Grady, là où George Lucas souhaitait initialement agrandir ses studios. L’ensemble s’étalerait sur 21 hectares, mêlerait logements de travailleurs et logement seniors sans oublier une piscine et un verger. Le tout pour un budget compris entre 120 et 150 millions de dollars.

Certains n’ont pas tardé à voir dans les projets du réalisateur américain une mesure de rétorsion contre son voisinage. Il est vrai qu’en 2012 lorsqu’il voulait revendre son terrain pour y faire construire des logements sociaux, certains n’ont pas hésité à lui écrire expliquant: «Vous n’aurez que ce que vous méritez. Vous allez amener ici des dealers, des délinquants et de la racaille.»

Selon les autorités locales du comté de Marin, la démarche de George Lucas serait plus sincère puisqu’il leur aurait demandé «Si je n’installe pas sur ce terrain ce que j’avais prévu, que pourrais-je faire qui serait vraiment utile à la communauté?» Déjà en 2012, alors qu’il envisageait cette possibilité de faire construire des logements sociaux, George Lucas faisait savoir: «Je ne dilapiderai pas mon temps ou mon argent juste pour essayer d’exaspérer mes voisins.»

C’est pourtant bien la démarche qu’avait retenu cette propriétaire britannique qui a fait barioler en rouge et blanc sa villa des quartiers cossus de Londres. Elle voulait ainsi punir le voisinage récalcitrant qui l’empêchait d’obtenir un permis pour ses travaux d’embellissement.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant