Le père de l'otage britannique John Cantlie est mort

le
0
Le père de l'otage britannique John Cantlie est mort
Le père de l'otage britannique John Cantlie est mort

Deux semaines après avoir plaidé pour la libération de son fils, le père du photojournaliste britannique John Cantlie, retenu en otage par les jihadistes de l'organisation Etat islamique (EI), est décédé. 

Paul Cantlie est mort mardi à l'âge de 80 ans de «complications à la suite d'une pneumonie», a indiqué sa famille dans un communiqué. Cet architecte naval à la retraite avait, début octobre, enregistré une vidéo depuis son lit d'hôpital pour demander à l'EI de libérer son fils. «La force physique de Paul Cantlie diminuait depuis l'enlèvement de son fils, John Cantlie, il y a presque deux ans», a expliqué sa famille.

«Beaucoup de Britanniques se rappelleront la récente vidéo depuis son lit d'hôpital, alors qu'il était extrêmement malade, mais déterminé à faire savoir à son fils à quel point il était fier de lui». «À ceux qui détiennent John, sachez s'il-vous-plaît que c'est quelqu'un de bien, avait déclaré l'octogénaire dans cette vidéo. Il a seulement cherché à aider le peuple syrien et je vous demande, au nom de tout ce qui est sacré, de nous aider à lui permettre de rentrer sain et sauf à la maison auprès de ceux qui l'aiment et qu'il aime. Paul Cantlie a indiqué avoir essayé d'entrer en contact avec l'organisation État islamique. En vain.

VIDEO. L'appel du père de John Cantlie

La semaine dernière, la soeur de l'otage, Jessica Cantlie, avait pressé EI «de reprendre» avec la famille le dialogue qui aurait été interrompu. Les nouvelles tentatives de contact de la famille seraient restées sans réponse. «Paul est mort sans savoir si les ravisseurs de John avaient reçu les messages qu'il leur avait envoyés. L'impossibilité de communiquer a inévitablement conduit à un terrible sentiment d'abandon», a regretté la famille.

VIDEO. La soeur de John Cantlie demande à EI de reprendre le dialogue

Photojournaliste britannique de 43 ans, John Cantlie a travaillé ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant