Le père d'Aylan, l'enfant noyé, enterre sa famille en Syrie

le , mis à jour à 00:57
0
Le père d'Aylan, l'enfant noyé, enterre sa famille en Syrie
Le père d'Aylan, l'enfant noyé, enterre sa famille en Syrie

La cérémonie funéraire après le drame. Le père du petit réfugié syrien de trois ans mort noyé, dont la photo sur une plage turque a suscité de l'émotion dans le monde entier, est rentré vendredi dans sa ville de Kobané (Syrie) pour inhumer sa famille.

Abdullah Kurdi est arrivé à la ville-frontière turque de Suruc avec les cercueils du petit Aylan, de son frère de cinq ans et de la mère des enfants, tous morts noyés en tentant de quitter la Turquie pour la Grèce, et a traversé ensuite la frontière pour gagner la ville syrienne de Kobané. Un long convoi a accompagné le père depuis le site balnéaire de Bodrum où s'est produit le drame jusqu'à la frontière syrienne.

Sur Twitter, la journaliste Jenan Moussa de la chaîne émiratie et panarabe Al Aan TV a publié des photos de la cérémonie et de la mise en terre. Les autorités locales avaient prévu d'enterrer «comme martyrs de Kobane (les victimes), car ils ont payé de leur vie pour fuir la guerre».

These pics are heartbreaking. #AlanKurdi, Ghalib Kurdi & mom now burried in #Kobane, same town they were trying 2flee pic.twitter.com/rrbDsrT7GN— Jenan Moussa (@jenanmoussa) 4 Septembre 2015

Farewell Alan, Ghalib and Rehana. Just burried. RIP. #AlanKurdi pic.twitter.com/wBsQtExRzS— Jenan Moussa (@jenanmoussa) 4 Septembre 2015

Le père d'Aylan a raconté jeudi comment ses fils de trois et cinq ans ainsi que leur mère avaient péri, avec neuf autres réfugiés syriens, dans le naufrage de leur embarcation en pleine nuit alors qu'ils tentaient de rallier l'île grecque de Kos, porte d'entrée vers l'Union européenne. «Je tenais la main de ma femme. Mais mes enfants m'ont glissé des mains», a-t-il raconté.

Le corps du petit Aylan a été découvert mercredi matin, gisant sur une plage de Bodrum, face contre le sable, comme paisiblement endormi. Après le naufrage qui a décimé la famille Kurdi, la police turque a arrêté jeudi quatre passeurs ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant