Le Pentagone envoie par erreur de l'anthrax à plus de 50 laboratoires civils

le , mis à jour le
0
Le Pentagone envoie par erreur de l'anthrax à plus de 50 laboratoires civils
Le Pentagone envoie par erreur de l'anthrax à plus de 50 laboratoires civils

On ne parle plus de 18 mais de plus de 50 laboratoires qui ont reçu par erreur des bacilles mortels de la maladie du charbon (anthrax, en anglais) . Le Pentagone n'en finit pas de revoir à la hausse l'ampleur du dysfonctionnement Ainsi, selon un dernier décompte, au moins 51 laboratoires civils ont reçu des échantillons susceptibles de contenir des bacilles actifs.

La présence de bacilles actifs a été prouvée dans quatre lots, tous produits au laboratoire militaire de Dugway (Utah). Mais des tests vont avoir lieu sur au total 400 lots, produits dans quatre laboratoires militaires, pour éliminer toute incertitude. Le nombre de laboratoires ayant reçu des lots contaminés «peut augmenter» encore, a prévenu Robert Work, le secrétaire adjoint à la Défense.

Pour ajouter à l'embarras du Pentagone, des laboratoires de trois pays étrangers, Corée du Sud, Australie et Canada, ont reçu des échantillons potentiellement contaminés. Un site internet a été créé pour permettre de suivre en direct l'évolution des chiffres, au fur et à mesure que l'enquête avancera.

Un traitement préventif administré à 31 personnes

Il a aussi estimé que le risque sanitaire était «très faible» dans les laboratoires militaires ou civils qui ont manipulé des échantillons. Aucune contamination humaine n'est avérée ou même soupçonnée selon lui, même si 31 personnes prennent un traitement préventif par précaution.

Selon les responsables américains de la Défense, ces laboratoires auraient dû recevoir des bacilles inactivés par irradiation mais pour une raison inconnue certains échantillons contenaient des bacilles toujours actifs. Selon le Pentagone, l'irradiation de deux lot suspects a eu lieu en 2008 et mars 2014. Les échantillons ont ensuite été envoyés aux laboratoires privés jusqu'en avril 2015 pour mettre au point des tests de dépistage. 

En effet, si le bacille de la maladie du charbon existe dans la nature, il fait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant