Le Pentagone confirme la mort d'un djihadiste français en Syrie

le
0

WASHINGTON (Reuters) - Le Pentagone a confirmé mardi la mort d'un djihadiste français, spécialiste en explosifs, tué au mois de juillet en Syrie lors d'un raid aérien de la coalition en lutte contre l'Etat islamique (EI).

David Drugeon, 25 ans, originaire de Vannes dans le Morbihan, participait à la formation d'autres combattants islamistes au maniement d'explosifs et à la préparation d'attaques contre des intérêts occidentaux.

Considéré par les Etats-Unis comme une cible prioritaire, David Drugeon, membre du groupe Khorasan, une faction liée à Al Qaïda en Syrie, avait échappé à plusieurs attaques et avait été annoncé mort lors d'une frappe aérienne en novembre dernier.

Le général Lloyd Austin, chef du commandement central de l'armée américaine, considérait le jeune Français comme "un des éléments dirigeants et comme l'un des éléments les plus dangereux de l'organisation".

Des responsables américains ont décrit Khorasan comme une faction particulièrement menaçante qui se sert de la Syrie comme d'un sanctuaire pour essayer de fomenter des attentats aux Etats-Unis et dans d'autres pays occidentaux.

Un raid aérien mené le 10 septembre par la coalition s'est soldé par la mort d'Abou Bakr al Turkmani, un des dirigeants de l'EI en charge de l'administration et proche des leaders de l'organisation, a précisé Peter Cook, porte-parole du Pentagone.

(Yeganeh Torbati; Pierre Sérisier pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant