Le Pen maintient que les prières de rue relèvent de l'«occupation»

le
0
La présidente du FN, dont l'immunité d'eurodéputée pourrait être levée mardi, a de nouveau fait un parallèle entre cette pratique et l'Occupation. Elle se dit «poursuivie pour un délit d'opinion».

Marine Le Pen a réitéré. Alors que son immunité parlementaire au Parlement européen pourrait être levée mardi suite à ses propos sur les prières de rue, tenus en 2010, la présidente du Front national a de nouveau fait un parallèle entre cette pratique - utilisée par les musulmans en France, faute de place suffisante dans les mosquées - et l'Occupation. «Je suis poursuivie pour un délit d'opinion pour avoir osé dire ce que tous les Français pensent, à savoir que les prières de rue, dont je leur indique d'ailleurs qu'elles continuent à se dérouler sur le territoire français, sont une occupation», a-t-elle dénoncé lundi sur LCI. «Eh oui, c'est une occupation! Je le maintiens», a-t-elle persisté, sans toutefois évoquer explicitement la Seconde Guerre mondiale, comme la ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant