Le Pen contre Gollnisch : deux styles pour un trône

le
0
REPORTAGE - Candidats à la présidence du Front National, dont l'élection aura lieu mi-janvier, l'héritière et l'outsider se livrent face aux militants une bataille sans merci autour de la stratégie politique du parti.

Deux salles, deux ambiances. Décontractée et populiste chez Marine Le Pen dimanche midi, rituelle et ultranationaliste chez Bruno Gollnisch samedi soir. Une boîte de nuit du XVe arrondissement de Paris contre une ancienne dépendance yvelinoise du Domaine royal de Versailles. Seniors de l'ouest parisien et ouvriers d'un côté, familles catholiques traditionalistes, jeunes skinheads et membres du Renouveau français ou de l'Œuvre française de l'autre...

«Entre Marine, jeune et ouverte, et Bruno, expérimenté mais refermé, il y a un fossé», constate Louis, 63 ans. «Je me dis que Marine peut nous faire gagner en 2012, mais je crains qu'elle le fasse en édulcorant les valeurs pour lesquelles nous militons depuis des dizaines d'années», explique ce militant. «Encore indécis», il illustre à lui seul la critique majeure des Gollnischiens à l'égard des Lepénistes. «Je ne dis pas que Marine trahit les valeurs du Front National, mais je pense qu'elle serait bien in

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant