Le Pen combative face à Sarkozy

le
1
La candidate du Front national radicalise son discours sur l'immigration et la délinquance.

Marine Le Pen, qui tenait vendredi soir un meeting à Nice, a demandé en début de journée la dissolution de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF) et l'interdiction de son congrès, prévu du 6 au 9 avril au Bourget. Une déclaration qui est intervenue peu après l'annonce d'un coup de filet de la police dans les milieux islamistes. «Il faut prendre sans tarder et sans faiblesse des mesures drastiques contre l'islam radical», a tonné la candidate du Front national pour justifier sa proposition.

«Marine Le Pen aidera les Français musulmans à se libérer de l'emprise de ces fanatiques qui pourrissent les quartiers et oppriment les femmes en pervertissant la religion», a-t-elle pris soin d'ajouter en parlant d'elle-même à la troisième personne. L'élue d'Hénin-Beaumont a qualifié de «vaine agitation électoraliste» le refus du gouvernement de laisser entrer en France plusieurs prédicateurs radicaux qui souhaitaient venir participer au congrès de l'UOI

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • tacleur le vendredi 30 mar 2012 à 22:25

    que ce soit le pen , melanchon, hollande ou les autres, pourquoi baisser la garde devant un président qui a été aussi nul dans ses politiques et son comportement et qui nous a mené à la faillite..