Le Pen appelle Valls à débattre avant les régionales

le
3
MARINE LE PEN VEUT UN DÉBAT AVEC MANUEL VALLS AVANT LES RÉGIONALES
MARINE LE PEN VEUT UN DÉBAT AVEC MANUEL VALLS AVANT LES RÉGIONALES

PARIS (Reuters) - Marine Le Pen, estimant être la cible numéro un de Manuel Valls dans la campagne pour les élections régionales de décembre, a proposé jeudi au Premier ministre de débattre avec elle avant le premier tour au nom de la "démocratie".

Le chef du gouvernement a dit à plusieurs reprises qu'il fallait "tout faire" pour empêcher une victoire du FN et a répété mardi soir qu'il était "hors de question de laisser le Front national gagner une région".

Les plus récents sondages placent la présidente du Front national en tête dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie et sa nièce Marion Maréchal-Le Pen en position favorable en Provence-Alpes-Côte d'Azur, devant les Républicains et les socialistes dans cet ordre à chaque fois.

Réagissant jeudi aux propos de Manuel Valls, Marine Le Pen a estimé que ceux-ci n'étaient "pas démocratiques".

"Si le peuple décide de faire gagner une région au FN, la démocratie impose de respecter son choix et M. Valls n'est pas le peuple", dit-elle dans un communiqué.

Marine Le Pen pose en outre la question des moyens que le Premier ministre entend déployer et parle de "milices d'extrême gauche" ou de "persécutions judiciaires, par l'entremise de (la ministre de la Justice) Mme Taubira".

"Je ne suis pas pour ma part partisane de l’invective ou de la menace, et je préfère toujours le débat démocratique", dit la présidente du FN, qui a refusé la semaine dernière de participer à une émission de télévision sur France 2 parce que le programme avait été modifié après contestation du PS et des Républicains.

"Aussi je propose à Manuel Valls de débattre avec moi, avant le premier tour des élections régionales. Puisque M. Valls par ses propos fait du Front National, et de moi-même en particulier, l'adversaire central de l''UMPS', il ne peut refuser le débat que je lui propose", dit-elle.

"S'y dérober serait de facto la preuve d'une aversion définitive pour la démocratie, et une marque indélébile de mépris pour nos concitoyens."

(Gregory Blachier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • brinon1 le jeudi 29 oct 2015 à 18:37

    oui mais sans PUJADAS bien sur....

  • M9497457 le jeudi 29 oct 2015 à 18:25

    Comme ont ne discute pas avec les voyous et voleurs en tout genre

  • scred le jeudi 29 oct 2015 à 18:18

    Moi aussi j'aimerai qu il se justifie. je paye ce mec qui se dit républicain avec mes impots et il ne semble pas respecter la démocratie.