Le Pen accusé de financements occultes

le
0
Après Jacques Chirac et Dominique de Villepin, Jean-Marie Le Pen dément les affirmations de l'avocat franco-libanais Robert Bourgi, selon lesquelles il aurait bénéficié de fonds africains

L'ancien président Jacques Chirac et le premier ministre Dominique de Villepin ne sont plus les seuls à être accusés d'avoir reçu de l'argent d'Afrique. L'avocat franco-libanais Robert Bourgi a déclaré lundi que l'ancien président du Front National avait lui aussi bénéficié des largesses d'un régime africain. «Je le dis aujourd'hui, je n'aime pas faire parler les morts, monsieur Jean-Marie Le Pen a été reçu par le président Bongo et le président Bongo a financé la campagne électorale de M. Jean-Marie Le Pen en 1988», a dit Bourgi sur le plateau de la chaîne BFM TV.

Selon lui, cet échange aurait eu lieu lors d'une visite de Le Pen à Omar Bongo, président du Gabon : «Et le président Bongo m'a dit, moi, et monsieur Foccart (l'ancien «Monsieur Afrique» du Général De Gaulle, NDLR) était présent, s'adressant à monsieur (Jacques Foccart) il lui a dit: ‘doyen', comme tout le monde l'appelait, ‘le Le Pen il a été content de partir avec l'argent d'un nègre' 1/4 /p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant